Algérie : L’ANSEJ rattachée au ministère de la Micro-entreprise

Algérie – Le président Tebboune a décidé de rattacher l’ANSEJ au Ministère de la Micro-entreprise en vue d’aider les jeunes porteurs de projets à lancer et développer leur activité.

Le président de la République Abdelmadjid Tebboune a annoncé que les jeunes détenteurs de projets de start-ups pourront très bientôt contracter des prêts au niveau de l’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (ANSEJ) dans l’optique de lancer leurs projets plus rapidement.

En effet, le gouvernement Algérien accorde un grand intérêt à la confection d’un environnement propice au démarrage ainsi qu’au développement de start-ups en Algérie, cet intérêt s’est traduit par la mise en place d’un département ministériel qui lui est entièrement dédié. 

Afin de mettre en place ce projet, Abdelmadjid Tebboune a rassemblé ses ministres pour un conseil durant lequel ils ont discuté et décidé des exposés en relation avec le secteur des petites entreprises. Au cours du discours qu’il a prononcé durant ce conseil, le président de la République a annoncé le jumelage de l’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (Ansej) et du ministère de la Microentreprise, ce qui implique que les jeunes voulant démarrer une start-up seront en mesure de contracter un prêt au niveau de l’Ansej afin de lancer leurs projets le plus vite possible.

Les jeunes entrepreneurs bénéficieront d’une orientation qui les éclairera sur les formes de financement qu’ils pourront utiliser pour démarrer leurs projets, d’une émission télévisée hebdomadaire destinée à la démocratisation des start-ups, et d’espaces spécialement conçus pour abriter les activités de leurs entreprises, et ce à la demande du chef de l’État.

De plus, le ministre de la Micro-entreprise, Yacine Djeridane a précisé que son département ministériel oeuvre à élever l’Algérie au rang de leader régional au niveau africain, en agissant sur le côté économique du savoir en réorganisant écosystèmes nationaux en fonction de chaque secteur et à les réintégrer dans l’écosystème d’innovation régional, et ce à l’aide d’un programme structurant (Mit Reap) qui utilise 39 accélérateurs technologiques et qui a permis le développement de beaucoup de groupes au niveau mondial.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes