Scoop et People

Arrestation de l’Algérien Ademo (PNL) en France : La police s’exprime

0
Ademo France
S'abonner :

France – Le rappeur algérien Ademo de PNL a été arrêté et placé en garde à vue ce samedi 5 septembre à Paris pour plusieurs infractions dont l’« usage de stupéfiants », « outrage » et « rébellion ». Voici la version de la police sur l’affaire Ademo. 

Suite aux vidéos d’interpellation du rappeur algérien, l’agence de presse Sputnik, a rapporté le procès verbal de l’affaire Ademo. Selon cette source, le musicien n’a pas seulement refusé d’obtempérer aux injonctions des policiers mais il les a aussi insulté. Ademo a de même préposé à l’un d’eux un combat de boxe dans une ring en France.

D’après ce que raconte la presse internationale qui a consulté le PV d’arrestation, des policiers ont remarqué Ademo entrain de rouler une cigarette avec une femme qui tenait une poussette avec un enfant d’environ deux (2) ans. L’un de ses agents en patrouille a senti une odeur de cannabis. La scène s’est déroulée vers 20 h à l’angle de la rue Alésia et de l’avenue du Maine dans le XIVe arrondissement de Paris, précise la source. 

Le rappeur a observé « discrètement du coin de l’œil » la police. Il a par la suite continué sa route, « faisant mine de ne pas voir et entendre », rapporte la même source. Les policiers ont donc décidé de procéder au contrôle d’identité de cet homme. Cependant, Ademo a jeté le joint au son, et s’est éloigné d’eux. 

Ademo a refusé de coopérer avec la police dès le début 

En s’éloignant, le mis en cause a commencé à crier en interpellant les passants et en faisant de « grands gestes nerveux ». D’après ce que cite le PV, Ademo n’a pas cessé de répéter « tu crois que je suis qui ? », « tu vas faire quoi toi, tu ne sais pas qui je suis. Wallah vous avez de la chance Wallah ». 

Les gardiens de la paix de la France ont essayé de calmer Ademo mais en vain. Un attroupement s’était déjà formé après autour d’eux. Les passages ont commencé à filmer les scènes. Ademo a après mis sa main dans son sacoche ventrale, un agent a vu un sachet d’herbe. Sur ce, la police lui a demandé de garder les mains en évidence. 

Ensuite, un policier a effectué une pression avec son genou sur le flanc gauche du rappeur pour libérer sa main gauche, cachée sous son ventre. En route au commissariat, la source a indiqué que le rappeur a continué à insulter les policiers qu’ils l’ont arrêtés. Outre cela, le membre du groupe PNL a proposé à l’un des policiers de lui rejoindre sur une « ring à Levallois-Perret pour un combat de boxe », ajoute la source.

Il convient de rappeler que les vidéos publiées par les témoins parisiens juste après l’interpellation qui a eu lieu hier samedi 05 septembre, ont fait irruption dans les réseaux sociaux.

Article recommandé :  Algérie : Polémique autour de cette vidéo du chanteur kabyle, Massi

Coronavirus et Frontières : Les Algériens partagés quant à l’ouverture

Article précédent

Algérie : Guedioura réaffirme son soutien à Ines Ibbou

Article suivant

Lire aussi

Commentaires

Comments are closed.