Algérie : « 55 % des Algériens souffrent d’obésité », déclare Benbouzid

Algérie – Au moment où beaucoup d’Algériens négligent les facteurs à risques liés à l’obésité, celle-ci présente des chiffres plutôt effrayants. Ils sont fournis par le ministre de la Santé Abderrahmane Benbouzid.

En effet, le ministre a exposé le 24 mars 2021, à Alger, rapporte La Patrie News, les statistiques relevant le taux d’obésité au sein de la population en Algérie. Plus que la moitié des Algériens, à savoir 55 %, sont classés en surpoids. Le membre du gouvernement note que cette maladie est capable de déboucher sur des pathologies graves.

Elle peut alors engendrer des troubles cardiaques, tout autant que le diabète et l’hypertension artérielle. Une mauvaise alimentation et un manque d’activité physique en sont parmi les principales causes. Elles sont donc susceptibles de conduire à de différentes cardiopathies.

| Lire aussi : Algérie : Les diabétiques et le Ramadan.. Ce que disent les statistiques

Les maladies cardio-vasculaires sont parmi les premières causes de mortalité dans le monde, dit Benbouzid. Un mode de vie sain doit être adopté pour prévenir de ces maladies. D’ailleurs, 80 % des facteurs à risques sont tout à fait évitables, soutient le ministre. Mais en peut aussi atténuer leur ampleur.

Par la suite, Benbouzid rebondit en se félicitant que l’Algérie dispose de nombreuses structures, ayant un but curatif ou préventif, situées dans des paysages aussi variés qu’agréables. Il précise que ces dernières sont sous à caractère médical, telles que les stations thermales et les centres qui pratiquent de l’hydrothérapie, à savoir les thalassothérapies.

| Sujet connexe : Algérie : Voici les chiffres du phénomène de l’obésité et du surpoids

En parallèle de leurs bienfaits sur la santé, souligne le responsable, ce genre d’établissements peut générer d’importants revenus. Mais à condition qu’ils soient entretenus et développés de manière à proposer un plus large choix d’activités. Il ajoute par la suite que le climat en Algérie joue en faveur des thérapies que proposent ces institutions spécialisées. En addition, il stipule que les tarifs doivent être attractifs.

Le responsable invite ces centres à s’investir davantage afin d’attirer l’attention des patients algériens, et celle des étrangers notamment, vers ces solutions alternatives. Il précise que les efforts seront multipliés en vue d’atteindre cette finalité. C’est ainsi que le ministre de la Santé présente le tourisme médical comme un avantage à la santé publique et une aubaine pour notre économie.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes