AccueilActualitéAlgérieYassir, Heetch, Temtem : les taxieurs en colère

Yassir, Heetch, Temtem : les taxieurs en colère

Algérie – Les taxieurs sont en colère contre les chauffeurs Yassir, Heetch et Temtem. On vous en dit un peu plus dans ce nouveau numéro du lundi 12 décembre 2022.

En effet, les taxieurs en veulent aux conducteurs des applications Yassir, Heetch et Temtem pour une raison bien particulière. C’est pourquoi, ils se sont réunis sur la place centrale des syndicats de la capitale. Cela, afin de demander la suspension de l’activité des chauffeurs VTC qui travaillent par le biais des applications susmentionnées. Ces derniers sont pour les taxieurs des « étrangers au secteur ». 

Furieux, les chauffeurs de taxi menacent même de lancer une grève générale nationale à moins que leurs représentants ne réagissent face à leurs revendications. Le syndicat, de son côté, est en négociation afin de donner le droit aux taxieurs de bénéficier de ces applications et de fermer la porte à « ceux qui veulent supprimer l’activité des chauffeurs de taxi en créant une filière parallèle extérieure à la profession ».

De son côté, Sid- Ali Aït El-Hocine, membre de la Coordination des chauffeurs de taxi d’Alger, affiliée à l’UGTA, a déclaré que son secteur est dans un état de « colère et d’indignation ». Et ce, en raison de son intrusion par des intrus qui, selon lui, contribuent grandement à la disparition de l’activité de taxi. 

Au cours du rassemblement, le porte-parole a accusé l’administration de prendre des décisions unilatérales sans impliquer le syndicat. Il a souligné, pareillement, que la seule demande, aujourd’hui, est d’ouvrir les portes au dialogue. « Car le syndicat est toujours proactif dans cette revendication sous les instructions du secrétaire général de la centralisation syndicale ». C’est ce que rapporte le quotidien arabophone El Khabar.

Yassir, Heetch, Temtem causeront la perte des taxieurs ?

Sid- Ali Aït El-Hocine a indiqué dans un autre contexte que l’activité des chauffeurs de taxi a beaucoup diminué depuis l’émergence de ces applications. Et pour cause, ces dernières ont compliqué les problèmes des taxieurs qui se sont accumulés depuis vingt ans. Notamment en ce qui concerne le gel de la licence d’exploitation et l’absence de stations.

En plus de la tarification, qu’il qualifie de faible par rapport au pouvoir d’achat. Et tout particulièrement où tout le monde attendait des mesures incitatives qui aideraient les chauffeurs professionnels à supporter et à compenser les pertes causées par la pandémie de Corona.

Le représentant syndical ajoute dans ce sillage : « Les professionnels ont été choqués par la nouvelle loi sur les auto-entrepreneurs pour « supprimer la profession » ». Dans ce contexte, il a refusé de considérer les applications susmentionnées comme une concurrence pour les taxis. Car ce n’est rien d’autre que la légalisation des « chauffeurs clandestins », toujours selon le même intervenant. C’est ce dont a fait état la même source. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes