AccueilSociété et CultureFaits DiversVrais faux responsables en Algérie : autopsie d'un phénomène en ébullition 

Vrais faux responsables en Algérie : autopsie d’un phénomène en ébullition 

Algérie – Les autorités algériennes ont mis en garde contre un phénomène qui explose dans notre pays, à savoir l’usurpation de l’identité des hauts responsables. On expose pour vous les détails juste en bas dans l’article.

En effet, les affaires d’usurpation d’identité explosent sur le territoire national. Le nombre des arnaqueurs qui se font passer pour des hauts responsables ne cesse de croître, en Algérie. Et malheureusement, nombreux sont les citoyens qui sont tombés dans leur piège. Si vous souhaitez connaître plus de détails à cet égard, nous vous invitons à lire la suite de ce passage du mardi 8 novembre 2022.

Effectivement, les autorités Dz ont tiré la sonnette d’alarme sur les risques d’arnaque liés à l’usurpation d’identité. Un phénomène qui prend de l’essor ces derniers temps. Ce business insoupçonné se pratique largement dans notre pays. Ces escroqueries consistent à prendre délibérément les informations d’un responsable de haut rang, des magistrats et des cadres supérieurs de l’État. Trompant ainsi leurs victimes.

Celles cherchant à s’approcher de ces « fonctionnaires » afin d’obtenir une faveur. Cela en échange d’une importante somme d’argent. Il s’agit, en effet, de ce que rapporte le quotidien généraliste arabophone El Khabar. L’information est parue dans son édition de lundi. 

Il sied de noter que cette pratique malveillante prend de l’ampleur, dans les pays où le fléau bureaucratique est sans répit. Il s’agit, en effet, d’un danger majeur qui règne dans les nations où le pouvoir est exercé et transmis par l’appareil administratif. L’usurpateur persuade, de ce fait, qu’il détient une médiation avec les administrations publiques centrales et locales.

Usurpation d’identité en Algérie : la sanction pénale infligée aux malfaiteurs

Un constat désolant qui pèse sur le quotidien des citoyens, notamment en Algérie. De ce fait, les services de la police et de la gendarmerie nationale ont lancé récemment plusieurs appels à témoins. Cela, concernant des individus impliqués dans des affaires d’usurpation d’identité. En dévoilant les photos des suspects, les autorités invitent les citoyens qui ont traité avec eux à déposer plainte ou apporter leurs témoignages. 

On cite, à titre d’illustration, l’individu qui a réussi à extorquer de l’argent à des personnes. Et ce, en prétendant être un conseiller du président de la République, Abdelmadjid Tebboune. Un autre usurpateur originaire de la wilaya d’El Oued a trompé ses victimes en se faisant passer pour un cadre supérieur. Il leur a promis donc de bénéficier de divers privilèges moyennant des sommes d’argent.

Une autre histoire frauduleuse concerne une usurpation de qualité d’un corps constitué par l’utilisation d’un appareil talkie-walkie. Et un faux badge d’accès au port. Le malfrat a dérobé, en effet, des sommes en devises à plusieurs personnes immigrées. Cela avant de tomber dans les mailles de la police.

Il sied de noter que la loi algérienne considère que l’utilisation d’une fausse identité constitue un délit pénal et engendre une peine d’un an à cinq ans de prison. C’est selon les déclarations de l’avocat et l’ancien président de la Ligue algérienne des droits de l’homme, Boudjemaâ Ghechir, faites au média arabophone susmentionné.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes