Algérie – Vols de rapatriement : Des spécialistes plaident pour la rigueur

Algérie – Des médecins spécialistes se sont exprimés sur les vols de rapatriement en cours, et ont appelé à un contrôle plus strict de ces vols, en raison du risque des nouveaux variants du Covid-19.

Alors que l’Algérie a décidé de garder ses frontières fermées en raison de la crise sanitaire qui prévaut dans le monde, des médecins spécialistes ont récemment appelé à plus de prudence face au risque de propagation des nouveaux variants du Coronavirus Covid-19, notamment par le biais des voyageurs arrivant via les vols de rapatriement vers l’Algérie.

En effet, dans un entretien accordé au site algérien L-Info, le président du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP), Lyes Merabet, a estimé que le maintien des frontières fermées en Algérie est « nécessaire », en raison des nouveaux variants du Covid-19.

« C’est une mesure qui a du sens aujourd’hui. Il ne faut pas prendre des risques, surtout avec ces nouveaux variants [du Coronavirus] »; a expliqué Dr Lyes Merabet, qui n’a pas manqué de rappeler que plusieurs pays en Europe ont opté pour la même mesure, à savoir la fermeture de leurs frontières.

| Sur le même sujet : Algérie – Passeport sanitaire à la reprise des vols.. Belmeddah s’exprime

Un autre médecin spécialiste, Dr Mohamed Yousfi en l’occurrence, chef de service d’infectiologie à l’hôpital de Boufarik à Blida partage le même avis du Dr Lyes Merabet. Selon lui « La situation épidémiologique est catastrophique dans certains pays européens. […] Le seul moyen de se prémunir est de maintenir les frontières fermées », confie-t-il à L-Info.

Dr Yousfi appelle à davantage de prudence et estime, dans ce sillage, que seuls les ressortissants Algériens résidant en Algérie et bloqués à l’étranger peuvent être rapatriés pour le moment.

| Lire aussi : Vols de rapatriement – L’aéroport d’Alger se dote d’un centre de dépistage rapide

Le spécialiste appelle en outre, à ce que les autorités sanitaires optent pour des mesures « plus strictes ». Outre la présentation d’un test PCR négatif datant de moins de 72 heures avant l’embarquement du vol, Dr Yousfi souligne que les voyageurs rapatriés depuis l’étranger devront « également [se] soumettre à un confinement strict d’au moins 7 jours dans une structure spéciale [un établissement hôtelier] et non chez eux [à leur domicile] ».

Il poursuit, en insistant sur le fait qu’après le confinement des 7 jours auquel sont soumis les voyageurs rapatriés, ces derniers « doivent refaire un test PCR. S’il y a un cas positif, il faudrait un séquençage pour confirmer qu’il ne s’agit pas d’un variant »; conclut-il.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes