Vols Algérie – France : l’aéroport de Paris ne redeviendra comme avant qu’à cette date

Voyage – Depuis l’arrivée de la pandémie, les aéroports du monde entier ont fortement été impactés. Comme l’aéroport de Paris, par lequel passent de nombreux vols France-Algérie, qui ne devrait retrouver son niveau avant un bon moment. 

Le PDG du groupe ADP, Augustin de Romanet s’est exprimé sur l’éventuel retour du trafic aérien à son niveau d’avant la crise sanitaire a fait savoir qu’il n’y aura pas de retour à la normale au niveau de l’aéroport de Paris, qui voit se dérouler des vols France Algérie notamment, avant 2024. C’est en effet ce qu’a avancé le gestionnaire des aéroports de Paris au journal français Le Monde

Interrogé à la question de savoir quand le trafic aérien va retrouver sa cadence d’avant le débarquement du Coronavirus. Il répond alors par « nous ne le savons pas ». En fait, le trafic au niveau de l’aéroport de Paris Charles de Gaulle est autour de 58 % de son niveau d’avant covid. Alors que celui d’Orly en est à 60 % de sa capacité de vols. 

Il est utile de rappeler que lors de la dernière saison estivale, plus précisément en août, le trafic aérien dans les aéroports de Paris a doublé durant la même période en 2020. Le PDG du groupe ADP a fait état de chiffres de près de 5,8 millions de passagers ayant transité par les deux aéroports parisiens. 

Le chemin est encore long, estime le PDG du groupe ADP 

D’ailleurs, on apprend par le biais de la même source et d’après le responsable susmentionné que le nombre de voyageurs ayant enregistré au niveau des aéroports de Paris Orly et CDG a augmenté de 2,5 millions par rapport à août 2020. Toutefois, pour pouvoir prétendre à un retour à la normale le PDG du groupe ADP explique qu’il faudra attendre encore longtemps. 

Selon ses dires, les deux aéroports de Paris (Orly et CDG) ne se retrouveront qu’en 2024 leur trafic d’avant la pandémie de COVID-19. C’est avec possibilité de s’étaler jusqu’en 2027. Et encore, ils ne retrouveront que 90% de leur niveau de 2019. Toujours selon les propos Augustin de Romanet, PDG de Groupe ADP.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes