AccueilÉconomieAutomobileVoitures neuves importées en Algérie par les particuliers : les taxes à...

Voitures neuves importées en Algérie par les particuliers : les taxes à payer expliquées

Automobile – Particuliers et intéressés par l’offre des voitures neuves importées en Algérie, cet article est pour vous ! On vous dévoile toutes les taxes qui s’y rapportent. Plus de détails, dans la suite de cet article du samedi 12 février 2022.

En effet, le ministre de l’Industrie, Ahmed Zeghdar, a déclaré que les particuliers algériens sont désormais autorisés à importer des véhicules neufs. Toutefois, le sujet ne demeure pas suffisamment clair. Notamment, de nombreuses questions portent sur les taxes à payer pour ces voitures neuves importées en Algérie.

Effectivement, le secteur automobile algérien a été sinistré pendant un bon bout de temps maintenant. Plus particulièrement, le marché des véhicules neufs. À présent, le ministre de l’Industrie a révélé une nouvelle à se réjouir. Il s’agit de l’importation des voitures neuves qui est, à nouveau, possible sur le sol algérien.

Cependant, cela semble s’accompagner d’une préoccupation majeure. Il est question des taxes liées aux diverses importations des voitures immatriculées 2022 en Algérie. Celles que subissent les particuliers afin de se procurer lesdits biens. Retrouvez toute l’information à ce sujet ci-après.

Algérie : les taxes sur les voitures neuves en détails 

Dans ce contexte, l’importation de voitures neuves, sous-entend, en moyenne,  le décaissement d’un montant qui s’élève à plus de 100 millions de centimes de dinars au minimum. Cela en fonction de la marque en question, indique Ennahar.

Dans le détail, un concessionnaire multimarque a apporté plus de précisions au micro de la source médiatique précitée. À cet égard, le jeune homme a divulgué un tas de frais qui occasionnent les prix exorbitants appliqués aux véhicules importés en Algérie. Notamment, ceux liés aux voitures neuves importées. 

De ce fait, le concessionnaire a accentué certains points marquants. À l’image des taxes douanières et des frais d’expéditions. S’ajoutent à cela, d’après le locuteur, d’autres tarifs obligatoires, lors du processus de l’importation.

Afin de bien illustrer ses propos, le bonhomme s’est muni d’un exemple réel. Celui-ci a cité le cas d’une voiture à 12.000 euros sur le marché parallèle. Après l’addition de l’ensemble des frais et taxes, le prix de cette dernière augmenterait pour atteindre la somme de 400 millions de centimes. Ainsi, cela se révèle très élevé, selon le même concessionnaire.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes