AccueilÉconomieAutomobileVoitures électriques en Algérie : Une borne de recharge bientôt installée

Voitures électriques en Algérie : Une borne de recharge bientôt installée

Algérie – Le ministre de la Transition énergétique et des énergies renouvelables s’est exprimé, ce 04 mai 2021, sur l’installation de la première borne de recharge dans notre pays qui servirait à alimenter les voitures électriques.

En effet, Chemseddine Chitour qui n’est autre que le ministre de la Transition énergétique et des énergies renouvelables s’est manifesté, ce mardi 04 mai 2021. Cela à l’issue d’un entretien accordé au site spécialisé Caravision. Le ministre a profité de cette occasion afin de s’exprimer sur plusieurs sujets relatifs à son secteur. Parmi eux, le sujet des voitures électriques, sachant que la première borne de recharge en Algérie va bientôt être installée.

C’est effectivement ce qu’a déclaré ledit responsable. Il a précisé d’ailleurs que cette borne de recharge serait mise en place au niveau de la pompe Naftal de Cheraga (Alger). C’est en tout cas ce que rapporte le site susmentionné.

Lors de la même entrevue, Chemseddine Chitour informe également que ce dispositif de recharge est produit à « 100% par une entreprise algérienne ». Ce qui veut potentiellement dire que « les compétences et la maîtrise technique existent dans notre pays », confie le ministre avec fierté.

L’adoption d’une industrie automobile électrique va en fait « permettre au pays de mettre les pieds dans la modernité ». Cela en « intégrant une industrie pérenne, porteuse en termes de création d’emplois et respectueuse de l’environnement ». C’est ce dont nous informe la même source des propos émis par Chemseddine Chitour.

La transition vers des voitures électriques représente un réel enjeu économique 

Effectivement, l’adoption des voitures dites « propres » peut être un vrai soutien à l’économie nationale. Le ministre a déclaré, entre autres, que la transition vers les véhicules électriques peut engendrer d’importantes économies en matière d’énergie. Il a développé ses propos en expliquant que 12 KW qui coûteraient environ 50 Da, permettraient de rouler 100 Km.

Pour les voitures classiques, donc à essence, la même distance nécessiterait jusqu’à sept (07) litres d’essence. Ce qui engagerait de payer pas moins de 300 Da. Et « entre 300 Da et 50 Da, il y a un bénéfice énorme », profère le responsable. Il faudrait néanmoins, beaucoup de temps pour que les citoyens algériens puissent se familiariser avec ce nouveau concept éco-responsable peu connu dans notre pays.

Ce qui peut rendre, le parcours pour changer les habitudes de consommation des automobilistes en Algérie très long et difficile. C’est pour cela que le ministre susmentionné propose dans un premier de temps, de vulgariser au maximum, l’usage des voitures électriques. Ça se concrétiserait avec l’implication des administrations publiques, confie aussi Chitour. C’est également ce dont a fait état la même source. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes