21.9 C
Alger
21.9 C
Alger
mardi, 18 juin 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieAutomobileVoitures en Algérie : état des lieux sur le marché de l’occasion

Voitures en Algérie : état des lieux sur le marché de l’occasion

Publié le

- Publicité -

Automobile – Après des années de stagnation, le marché de l’automobile en Algérie est en pleine mutation, Dzair Daily fait le point dans cet article du 13 février 2023 sur le marché des voitures d’occasion.

Alors que le marché des voitures d’occasion était roi en Algérie depuis plusieurs années, les diverses annonces du gouvernement relatives à ce secteur ont chamboulé le fonctionnement du processus d’achat et de vente. Alors qu’il avait le monopole en raison de la rareté des voitures neuves, le marché de l’occasion vit des moments difficiles.

En effet, le nombre de voitures proposées sur les marchés de l’occasion a drastiquement diminué. Il en est de même pour le nombre de ventes conclues. La raison de ce revirement des acheteurs est simple : ils attendent l’entrée des voitures neuves dans le pays. C’est ce que rapporte le site Autobip dans sa récente édition. 

- Publicité -

Les marchés des voitures d’occasions se retrouvent alors boudés par les citoyens. Ces derniers espèrent une baisse des prix. Mais aussi une sortie de la crise qui perdure depuis des années. Les potentiels acheteurs se sont aussi éloignés des showrooms de voitures neuves principalement à cause des prix exorbitants.

Algérie : voici pourquoi les Algériens s’éloignent du marché automobile d’occasion

Le constat est le même du côté des voitures d’occasion. Les prix sont déraisonnables et quasiment inabordables pour la plupart des citoyens. On donne ainsi l’exemple d’une Hyundai Accent de 2019. Ce modèle ayant roulé 100.000 km, et il faudra débourser 300 millions de centimes pour l’acquérir. Alors que ce même modèle valait en 2019 197 millions de centimes, neuf.

Tous ces paramètres ont fait que les Algériens restent à l’affût du moindre avancement du dossier des voitures neuves. Ils attachent aussi un espoir dans le lancement de l’activité de l’usine Fiat à Oran, et dans l’avancement du dossier des importations des voitures de moins de 3 ans. La décision d’acheter actuellement est ainsi reporté à un avenir incertain, avenir qui nous dira si toutes ces nouvelles mesures parviendront à remettre sur les flots le marché de l’automobile en Algérie.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -