Algérie : Les voitures de moins 3 ans soumises à la taxe douanière et la TVA

Algérie – Le ministre de l’Industrie a insisté sur les nouvelles conditions relatives à la ré-autorisation de l’importation des véhicules d’occasion (moins de 3 ans), notamment sur le plan fiscal.

En effet, lors d’une allocution à la presse ce samedi 29 février, le Ministre de l’Industrie et des Mines, Ferhat Ait Ali Braham, a évoqué les conditions de l’entrée en vigueur imminente de l’importation des véhicules d’occasion en Algérie.

A cet égard, le ministre de l’Industrie a expliqué que l’importation d’un véhicule d’occasion depuis l’étranger vers l’Algérie sera soumis à des droits de douanes allant à 30% et d’une TVA à 19%, rapporte l’Agence de presse APS.

Ferhat Ait Ali poursuit, en expliquant que même en cas d’application du démantèlement tarifaire, prévu dès septembre 2020 dans le cadre de l’accord d’association entre l’Algérie et l’Union Européenne (UE), une « taxe locale » sera alors instaurée sur les importations des voitures importées, a-t-il fait savoir.

Les voitures à moteur diesel exclues

Dans le même sillage, le ministre de l’Industrie a annoncé officiellement que les voitures d’occasion à motorisation Diesel seront exclues de l’importation des véhicules de moins de trois ans. « Les européens sont à la norme Euro 6 alors que nous sommes à l’Euro 2. Si un consommateur Algérien importe un véhicule diesel, il roulera quelques mois avant de tomber en panne. », a-t-il indiqué.

Egalement, Ferhat Ait Ali a expliqué que le texte régissant l’importation des véhicules d’occasion (moins 3 ans), qui sera rendu public avant la fin Mars 2020, ne compte pas fixer une liste des pays d’origine des voitures d’occasion à importer. « Les pays européens, et notamment la France, seront les mieux indiqués vu leur proximité géographique. », a-t-il souligné.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes