12.9 C
Alger
12.9 C
Alger
samedi, 13 avril 2024
- Publicité -
AccueilPolitiqueVoici le vote de l’Algérie de la suspension de la Russie du...

Voici le vote de l’Algérie de la suspension de la Russie du CDH

Publié le

- Publicité -

Politique – Quel a été le vote effectué par l’Algérie concernant l’exclusion de la Russie, accusée d’exactions violentes en Ukraine, du Conseil des droits de l’Homme (CDH) des Nations unis ? Les lignes qui suivent de notre édition du vendredi 8 avril 2022 vous dévoilent la réponse. 

À la faveur d’un vote, cent-quatre-vingt-treize (193) pays, dont l’Algérie, ont dû se prononcer sur la question de la suspension de la Russie du Conseil des droits de l’Homme (CDH), en raison de la guerre qu’elle mène, depuis le 24 février dernier, en Ukraine. Celui-ci est intervenu dans la matinée de ce jeudi au niveau de l’Assemblée générale des Nations unies, à New York (USA). 

Sur les cent-quatre-vingt-treize (193) membres de l’AG de l’ONU, quatre-vingt-treize (93) ont voté pour la « suspension » de Moscou, la deuxième de l’histoire, après l’éviction de la Libye en 2011. Cinquante-huit (58) pays se sont alors abstenus. Soit entre autres l’Égypte, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, la Jordanie, le Qatar, le Koweït ou encore le Brésil et l’Afrique du Sud.

- Publicité -

Mais les abstentions n’étaient pas prises en compte dans la majorité des deux-tiers requise parmi les seuls votes pour et contre. Vingt-quatre (24) États se sont opposés à cette résolution rédigée par les États-Unis d’Amérique (USA) . Elle est intitulée « suspendre les droits de la Fédération de Russie en tant que membre du Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies (CDH) ». 

La Russie exclue du CDH : l’Algérie rejette l’idée ! 

Parmi les pays qui ont voté contre la suspension de la Russie du CDH de l’ONU figurent les trois fidèles alliées de Vladimir Poutine. À savoir l’Algérie, la Chine et la Syrie. La deuxième citée a estimé que cette décision créait un dangereux précédent. « Elle nuirait à la gouvernance future de l’ONU ». C’est ce qu’a déclaré son représentant. Ce dernier a en outre dénoncé une « démarche hâtive » et la mise « de l’huile sur le feu ». 

Sans surprise, Cuba, l’Iran, le Kazakhstan, la Russie et le Bélarus s’y sont aussi opposés. À noter également que dix-huit (18) pays n’ont pas pris part à la consultation. Nous citons entre autres le Maroc et la Libye. Il convient de rappeler par ailleurs que Ramtane Lamamra, ministre du MAE, a rencontré, ce lundi, son homologue russe, à Moscou. Cette rencontre s’est alors inscrite dans le cadre du Groupe de contact arabe. 

- Publicité -

Celui chargé du conflit en Ukraine. Le chef de la diplomatie algérienne a ainsi présidé, le lendemain, la délégation arabe lors des pourparlers avec le ministre ukrainien des Affaires étrangères. « Ces rencontres ont permis de rencontrer la conviction qu’aucune alternative n’est pour le moment envisageable à la solution politique à la crise ». C’est ce qu’a en effet déclaré Ramtane Lamamra

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -