Voici pourquoi un bateau algérien est bloqué dans un port en France

France – Le porte-conteneurs Imedghassen est un bateau algérien bloqué à Sète depuis sa saisie conservatoire le 9 novembre. Il s’agit du troisième navire commercial algérien saisi en France en l’espace de quelques semaines. On vous explique tout, ce 21 novembre 2021. 

L’affaire de la saisie du bateau algérien Imedghassen dans le port de Sète dans le sud de la France a suscité l’intérêt des grands médias européens. Le navire est le plus grand de son genre parmi la flotte de la marine marchande algérienne. Il a une capacité de plus de 2.000 conteneurs. Et il dispose également des dernières technologies.

On parle de celles utilisées dans le transport et l’expédition de conteneurs. Le porte-conteneurs algérien Imedghassen, appartient à la compagnie maritime algérienne Global Maritime Algeria (GMA). Il se trouve bloqué au port de Sète. C’est dans le sud de la France. Et ça dure depuis le 9 novembre dernier.

Le navire est sous saisie conservatoire à la demande de son affréteur Anisfer Line. Ce dernier réclame alors 23,86 millions de dollars à l’armateur algérien. En effet, l’affréteur a déposé plainte auprès du tribunal de commerce de Montpellier d’où dépend le port de Sète.

Saisie du navire algérien : plus de détails

Des sources d’Echorouk ont effectivement donné des précisions. Elles expliquent que le responsable administratif de la société (GMA) a loué le navire à Anisfer Line. C’était pour un montant de 9.000 dollars par jour. Un montant  très faible par rapport aux prix négocié sur le marché. Soit 25.000 dollars par jour. Cela pour des navires qui ont une capacité inférieure à celle du Imedghassen.

Avant la fin du contrat, le responsable administratif a demandé à la compagnie Anisfer d’augmenter le prix de la location du navire, d’autant plus que la société était en train d’effectuer un voyage commercial en Turquie, et le responsable administratif a essayé d’empêcher la compagnie de faire son voyage et à l’obliger à augmenter le prix de la location. Et c’est en fait ce que la compagnie Anisfer a considéré comme violation des termes du contrat signé.

Ainsi, elle a fait recours au tribunal judiciaire maritime français de Montpellier. Celui-ci a condamné Global Maritime Algérie à une indemnité de 23,86 millions de dollars ou à une saisie définitive du navire.

Imedghassen n’est pas le seul porte-conteneurs algérien immobilisé 

Le porte-conteneurs algérien a donc été construit en 2012 pour un coût de 14 millions de dollars. Si Anisfer gagne le procès contre GMA, Imedghassen pourrait être vendu. Notons aussi qu’il y a 19 membres d’équipage à bord. Leur sort dépendra de la décision du tribunal de Montpellier.

Les problèmes de saisie de navires algériens dans les ports européens ont alors fait surface. Le Figaro a longuement évoqué l’incident de la saisie du navire Imedghassen. Après l’affaire des deux navires de la CNAN bloqués en France pour non-paiement des salaires (l’affaire du navire Saoura a été réglée cette semaine après le paiement des salaires des marins). 

Le journal français a en outre rapporté que cinq navires appartenant à la Compagnie nationale algérienne de navigation sont actuellement bloqués dans quatre pays européens. À savoir, la France, l’Italie, l’Espagne et la Belgique.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes