AccueilGuide VoyagesVoici pourquoi l’Algérie est maintenue dans la liste rouge Européenne

Voici pourquoi l’Algérie est maintenue dans la liste rouge Européenne

Algérie – L’Algérie figure belle et bien dans la liste rouge Européenne. Dr Mohamed Bekkat Berkani, membre du Comité scientifique du suivi de l’évolution de la pandémie est revenu sur ce sujet afin d’éclaircir le flou et expliquer pourquoi. 

L’Algérie continue de voir décroitre rapidement la pandémie sur son sol. Cependant, malgré la « stabilité » et la « nette amélioration » de la situation épidémiologique, l’Algérie reste toujours classée rouge dans la liste des pays dits « sûrs » bénéficiant d’une réouverture des frontières européennes, établie par l’Union européenne.

En effet, l’Union européenne a retiré l’Algérie de cette fameuse liste en fin juillet dernier. Depuis, elle a maintenu ses frontières fermées avec notre pays, interdisant par ce fait tout ressortissant algérien de franchir le sol européen. Sur ce, Dr Mohamed Bekkat Berkani, président du Conseil national de l’ordre des médecins également membre du Comité scientifique de suivi de l’évolution de Coronavirus a tenu à clarifier les raisons pour lesquelles l’Algérie est toujours maintenue dans la liste rouge de l’UE. 

Ainsi, dans un entretien accordé au site d’information TSA ce mercredi 07 octobre dont les propos ont été recueillis par le site spécialisé Visa-Algérie, le spécialiste a indiqué qu’il n’est pas question de parler de « classification » tant que l’Algérie ferme toujours ses frontières maritimes, aériennes et terrestres.  Pour lui, ladite classification est « obsolète » et « tendancieuse ». C’est avec ces mots exacts que l’expert en médecine a qualifié cette classification.

Puisque, selon lui, la pandémie repart de plus belle dans certains pays européens contrairement à l’Algérie. Ils « frisent des dizaines de milliers de cas quotidiens », a-t-il indiqué. Par ailleurs, selon le site francophone, le même orateur a confirmé qu’une fois le ciel algérien ouvert de nouveau; le pays exigera le plus strict respect des exigences sanitaires pour tout déplacement de/vers les différents pays. 

Ce qu’a dit Berkani sur l’ouverture des frontières

Pour ce locuteur, la priorité est donnée aux rentrées universitaire et scolaire. Ces dernières sont d’une étape obligatoire du processus de retour progressif à la normale en Algérie. L’ouverture des frontières fermées depuis la mi-mars n’est donc pas dans le planning actuel. Dans le même ordre d’idée ; Berkani a révélé que les cas « humanitaires » bloqués dans l’étranger et toujours dans l’attente de leur rapatriement pourraient regagner l’Algérie avec l’aide des autorités consulaires. 

Revenant de nouveau aux exigences sanitaires, le membre du Comité scientifique a indiqué que « les tests PCR ne suffisent pas ». Pour lui, les voyageurs peuvent même attraper le virus au bord de l’avion ou tout simplement à l’aéroport. Sur ce, il a précisé que ces test « ne sont pas une assurance totale et générale ». 

Pour rappel, un sondage réalisé par le quotidien Liberté Algérie ; a démontré que les Algériens sont divisés quant à l’ouverture des frontières. Selon les données relayées par le journal ; 55% des participants sont favorables à l’ouverture. Tandis que 41% unifient leur voix avec Berkani et les spécialistes jugeant cette mesure préventive de « sage ».

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes