Voici les flux des investissements directs étrangers en Algérie et Tunisie

Économie – Le rapport de la Conférence des nations unies sur le commerce et le développement a publié les flux des investissements directs étrangers en Algérie et en Tunisie entre autres. On vous en dit plus dans cette édition du 13 juin 2022.

En effet, les chiffres de la Cnuced montrent que les investissements directs étrangers en Algérie ont baissé en 2021, à l’instar de la majorité des pays d’Afrique, à l’exception du Maroc, les flux des IDE ont diminué. Ainsi, et durant l’année 2021, l’Algérie a attiré 870 millions de dollars d’IDE, contre 1,14 milliards en 2020. Il faut savoir que la pandémie de Covid-19 a fortement influé les chiffres de ce rapport.

Ainsi, le rapport publié il y a quelques jours par la Cnuced indique que l’Egypte est le pays ayant attiré le plus d’investissements directs étrangers. Et ce, malgré une baisse de 12 % entre 2020 et 2021 (passant de 5,8 à 5,1 milliards de dollars). D’un autre côté, le flux des IDE vers la Tunisie est resté stable, avec 660 millions en 2021 et 652 millions en 2020. Il s’agit de ce que rapporte le site Algérie Eco.

Dans le détail, le même rapport démontre que l’Afrique du nord est la seule région du continent à avoir enregistré une baisse de 5 % des IDE durant l’année passée. Elle a attiré en 2021 9,3 milliards de dollars, contre 9,8 milliards en 2020.

L’Afrique australe en revanche a attiré le plus d’IDE en 2021, avec 42 milliards de dollars. Vient après l’Afrique de l’ouest avec 14 milliards puis l’Afrique de l’est avec 8,2 milliards de dollars. Concernant l’Afrique centrale, les flux des IDE se sont stabilisés à 9,4 milliards.

Cnuced : les facteurs qui influent sur les flux d’IDE dans le monde

Par ailleurs, l’année 2021 a été marquée par une hausse fulgurante des IDE vers l’Afrique. Cette augmentation a été estimée à 83 milliards de dollars. Un record par rapport aux chiffres enregistrés en 2020.

Cependant, ces flux d’investissements vers l’Afrique ne représentent que 5,2 % des IDE mondiaux. Ils étaient de 4,1 milliards en 2020. Les plus grands détenteurs d’actifs étrangers en Afrique sont des pays européens. Notamment la France et le Royaume Uni.

En outre, les projets d’investissement ont augmenté dans le secteur des énergies renouvelables. Tandis que les investissements nouveaux sont relativement faibles. Une reprise à l’échelle mondiale s’est opérée durant l’année 2021, et ce, après la stabilisation de la situation sanitaire.

En revanche, cette dynamique risque de ne pas être maintenue durant l’année en cours. Principalement à cause de la guerre en Ukraine et des flambées des prix qui en ont découlé.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes