AccueilSociété et CultureL'ÉtudiantVoici comment une université algérienne châtierait les étudiantes qui parlent aux garçons

Voici comment une université algérienne châtierait les étudiantes qui parlent aux garçons

Éducation – Une étrange publication circule actuellement sur les réseaux sociaux selon laquelle une université algérienne châtierait ses étudiantes qui prennent contact avec leurs camarades garçons. Voici tous les détails autour de cette folle rumeur.

Des publications de ce genre, on en voit de plus en plus à travers la Toile ! Sur la liste des interdits présents dans la société, une nouvelle prohibition marquerait sa présence. Celle portant, putativement, sur l’interdiction des échanges verbaux entre les universitaires des deux sexes. Aussi insolite que cela puisse paraître, une université algérienne interdirait aux étudiantes de converser avec des garçons.

Tandis que les universités du monde entier préparent la rentrée des étudiants en leur accordant des forums et des salons pour réussir leur orientation, en Algérie, l’heure serait aux restrictions et aux interdictions. « La police des mœurs » dans la wilaya de Djelfa aurait encore frappé.

En effet, une publication partagée sur les réseaux sociaux et relayée notamment par l’islamologue Said Djabelkhir, fait couler beaucoup d’encre. Alors qu’on a beaucoup parlé de l’affaire du couple qui a dû présenter un livret de famille pour pouvoir s’attabler dans un restaurant, cette fois-ci, c’est on ne peut plus sérieux.

Dans un « avis urgent », qui aurait été affiché au niveau d’un établissement supérieur sis à Djelfa, on interdirait aux jeunes femmes de discuter avec leurs camarades du sexe opposé. Un supposé procédé qui agace beaucoup.

Les internautes n’en reviennent pas !

« Toutes les étudiantes sont prévenues. Si elles sont vues avec un homme, même s’il s’agit d’un étudiant dans une salle, le couloir ou n’importe quel endroit de l’université, nous aviserons son tuteur immédiatement. On affichera son nom sur le tableau d’information publique. On suivra cette disposition avec une extrême rigueur ».

C’est ce qu’on peut en effet lire dans une note attribuée au recteur de l’établissement en question. À savoir maintenant s’il est question d’un communiqué officiel émanant directement de l’administration de l’université ou s’il s’agit, finalement, d’un faux document. Une chose est sûre, les internautes n’approuvent clairement pas la mesure.

université algérienne étudiantes garçons

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes