Voici comment l’émir de Dubaï a retrouvé la princesse de mère algérienne

Scoop – La fille de l’émir de Dubaï, de mère algérienne, princesse Latifa, assure être retenue contre sa volonté par son père depuis sa tentative d’évasion en 2018. Mais comment son père a-t-il pu remettre la main sur elle et la ramener à Dubaï ?

Latifa Al Maktoum se retrouve quotidiennement entre quatre murs et dit craindre pour sa vie. La princesse de mère algérienne accuse son père, l’émir de Dubaï, de la séquestrer. Elle serait emprisonnée et oppressée. Cela depuis qu’elle a tenté de s’échapper de cette vie à l’émirat dont elle ne voulait plus. 

En 2018, la princesse avait tenté en vain de s’évader de la cité-État du Golfe. Une tentative, survenue en collaboration avec un espion français, Hervé Jaubert, et sa professeure de capoeira, qui s’est soldée par un échec. Un magazine au Moyen-Orient, cité par Echorouk ce 22 février 2021, a consacré des pages à la vaste opération de recherche de Mohammed ben Rachid Al-Maktoum. 

Le richissime émir de Dubaï a employé les grands moyens. Il n’a rien épargné ressources humaines et matérielles. Cela donc pour retrouver sa fille, Latifa. Il a appliqué une recherche à grande échelle, digne d’un film d’action hollywoodien. Le bateau Nostromo à bord duquel se trouvait la princesse lorsqu’elle a tenté de fuir le pays a été intercepté par les forces spéciales émiraties.  

| Lire aussi : La princesse émiratie Latifa Al Maktoum, de mère algérienne, « séquestrée »

Ce yacht affiche en effet des méthodes et techniques de communication ultra-modernes et avancées. Il possède notamment des approches de navigation par signaux. Sans oublier les systèmes de localisation de n’importe quel appareil technologique, souligne le rapport du média moyen-oriental.

Ainsi, le système d’identification automatique (SIA) a détecté l’emplacement du navire dont s’est servi la princesse pour s’échapper du pays. Alors que le yacht approchait les côtes de Goa, les autorités des EAU et indiennes ont décelé la trace de la fugitive. On a déployé alors une flotte d’avions et de bateaux spéciaux pour contrecarrer l’évasion rocambolesque.

| Sujet connexe : Canada : Une Algérienne tuée par balles dans une fusillade

En sus, des données montrent que plusieurs réseaux téléphoniques internationaux ont commencé le 03 mars 2018 à transférer des itinéraires à bord du yacht. À savoir, au Cameroun, en Israël ou encore au Laos. Mais c’est l’opérateur Newcore Wireless du Minnesota (USA) qui a réussi à envoyer un signal à l’un des téléphones des passagers. 

Selon le Français Jaubert, la principale responsable de l’échec de l’évasion est la professeure. « Tina Jauhiainen était munie de deux téléphones en violation de mes instructions », s’excède-t-il. Mais cette déclaration ne coïncide guère avec la version des autorités de Dubaï. Ces dernières ont conclu que c’est le téléphone que possédait l’espion français qui recevait les différents signaux et non pas un autre. Un fait qu’Hervé Jaubert nie de fond en comble.   

Depuis sa dernière escapade, Latifa Al-Maktoum serait sous haute surveillance à Dubaï. « Je m’inquiète tous les jours pour ma sécurité et pour ma vie (…) La police m’a dit que je serai en prison toute ma vie et que je ne reverrai plus jamais le soleil ». C’est en effet ce qu’a expliqué la princesse avant de préciser que sa situation devient chaque jour plus désespérée, dans une vidéo filmée récemment en cachette dans sa salle de bain.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes