Visas pour la France pour Algériens : la Cimade réagit

Voyage – Le Comité inter-mouvements auprès des évacués (Cimade) a formellement contesté la décision de la France de réduire le nombre de visas octroyés aux Algériens, Marocains et Tunisiens. Nous vous donnons tous les détails à ce sujet dans notre article du samedi 02 octobre 2021. 

La Cimade a réagi à la décision de la France de durcir la délivrance de visas à l’égard des Algériens, Tunisiens et Marocains. Paris a tapé du poing sur la table. Cela en annonçant la nouvelle mesure drastique de la circulation des ressortissants des trois pays voisins du Maghreb à destination de l’Hexagone. Une stratégie qui tend à pousser leurs responsables à changer de politique et à accepter de délivrer les laissez-passer consulaires.  

Des documents, faut-il le rappeler, sans quoi l’expulsion des immigrés maghrébins refoulés de France ne peut pas être exécutée. Dans la foulée de l’annonce, l’association française de soutien aux migrants n’a pas hésité de dénoncer la nouvelle mesure politique. Celle adoptée par le gouvernement d’Emmanuel Macron. Son président ira jusqu’à la décrire comme étant « révoltante ». Elle fut pour lui un véritable coup de massue. 

Henry Masson, patron de la Cimade, a donc manifesté son désaccord absolu avec les restrictions sur la délivrance des visas. Il s’est alors exprimé sur les ondes de la radio France Info. « Je trouve particulièrement choquant d’appliquer cette politique, et particulièrement, avec ces trois pays. Ceux avec lesquels nous avons des relations très fortes depuis extrêmement longtemps ». Il s’agit là de ce dont s’est insurgé l’intervenant. 

Réduction de l’octroi de visas pour les habitants du Maghreb : le coup de gueule de la Cimade !

Henry Masson a déploré la décision de la France de réduire le nombre de visas accordés aux Algériens et leurs voisins. Une méthode, a-t-il encore souligné, qui lui inspire beaucoup de révolte. Elle ressemble, de son avis, à une sorte de contrepartie, de négociation et d’une coopération avec ces pays à la lutte contre l’immigration clandestine. Le même locuteur a ensuite rappelé la signature en 1962 des accords d’Évian avec l’Algérie. 

Celle qui porte sur la libre circulation entre l’État français et celui algérien. Le président de l’association humanitaire trouve ainsi dommage que le durcissement des conditions d’obtention des visas à l’égard des trois pays du Maghreb aille à l’encontre des accords d’Évian. « C’est aussi l’application d’une politique européenne qui avait déjà donné lieu à des accords avec le Maroc et la Tunisie ». 

C’est ce qu’a en outre expliqué Henry Masson avant de poursuivre : « Je te donne plus de visas. Mais en même temps tu me donnes des autorisations de réadmissions sur ton territoire de personnes. Celles que nous ne souhaitons pas sur le territoire français »; a-t-il lancé d’un ton colérique. Le président de la Cimade a par ailleurs appelé le gouvernement français à changer très profondément les grands thèmes de sa politique migratoire

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes