AccueilPolitiqueGéopolitiqueVisa pour Algériens : le Parlement en France discute les restrictions instaurées

Visa pour Algériens : le Parlement en France discute les restrictions instaurées

Algérie – Le Parlement de France revoit le dossier relatif aux demandes de visa des Algériens et discute des restrictions instaurées à cet effet. Dzair Daily vous donne davantage d’informations à ce sujet, dans la suite de son édition du 9 août 2022.

En effet, le dossier de visa des ressortissants algériens est soumis à de nouvelles restrictions instaurées par le parlement de France. De son côté, Karim Ben Cheikh, membre de l’Assemblée nationale, a mis en garde, le ministre des Affaires étrangères, des conséquences négatives, à cet égard. Il s’agit de ce que rapporte le quotidien arabophone, El Khabar. 

Effectivement, ledit député a écrit une lettre à Ramtane Lamamra, dans laquelle il a illustré les effets négatifs des restrictions imposées par les autorités françaises. De ce fait, les Algériens qui tentent d’obtenir de visas de voyages vers ses territoires rencontrent des difficultés. Ce qui affecte notamment les travailleurs du corps diplomatique.

Par ailleurs, le porte-parole affirme que ce n’est pas seulement les Algériens qui se plaignent de refus de visas, sans motif sérieux. Cela touche également les ressortissants des deux autres pays du Maghreb, soit la Tunisie et le Maroc. Rappelons que l’ancien premier ministre français, Jean Castex, a pris des mesures drastiques en termes de visas attribués aux Maghrébins. 

En septembre dernier, le premier responsable a réduit le nombre de visas accordés aux Algériens et aux Marocains de 50 %, ainsi que de 30 % pour les Tunisiens. Et ce, afin de contraindre les trois pays à reprendre l’expulsion de leurs ressortissants présents sur le territoire de façon illégale. L’information est rapportée par le même média.

Les Maghrébins privilégient d’autres destinations que la France 

Dans le même contexte, Ben Cheikh a décrit cette politique comme improductive et incohérente dans de nombreux cas. Surtout que ces trois pays maghrébins sont historiquement liés à la France. Il avertit ainsi les décideurs français que les conséquences de ces pratiques sont contre-productives pour les relations bilatérales de la France

D’autre part, le sénateur Français, Hervé Gillé, a indiqué que les demandeurs de visas privilégient désormais d’autres destinations que la France. Ils recourent, en effet aux États-Unis, au Royaume-Uni, ou à d’autres pays de l’espace Schengen. Comme l’Espagne, la Belgique et l’Italie.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes