AccueilScoop et PeopleOuverture des frontières en Algérie : la journaliste Farah Yasmine fond larme

Ouverture des frontières en Algérie : la journaliste Farah Yasmine fond larme

Algérie – La journaliste Farah Yasmine se réjouit de l’annonce de l’ouverture des frontières nationales et partage un moment très émouvant avec sa communauté sur Instagram. 

La reprise des vols internationaux a pris tellement de temps que nombreux sont ceux qui ont cru que cette nouvelle était, en fait, pas plus qu’une fausse alerte. Parmi eux, la journaliste algérienne, Farah Yasmine qui, au début, n’a cru qu’à moitié à l’annonce de l’ouverture des frontières nationales. 

La nouvelle est devenue plus concrète après la dernière manifestation du président de la République. Celle-ci a eu lieu ce dimanche 16 mai 2021. Ainsi, et à l’issue d’une réunion du Conseil des ministres ; Abdelmadjid Tebboune a affirmé que le trafic aérien reprendrait progressivement à partir du 1er juin 2021.

Ce qui a, sans grand étonnement, réjoui de nombreux citoyens et ressortissants algériens. Plusieurs d’entre eux n’ont pas vu leur famille depuis au moins 14 mois. D’autres n’ont même pas pu dire un dernier au revoir à leurs proches qui ne font plus partie de ce monde aujourd’hui. 

En outre, Farah Yasmine réside actuellement à la Manhattan du Moyen-Orient, à savoir Dubaï. L’animatrice TV fait donc partie de cette catégorie d’Algériens qui n’ont pas pu rentrer à leur pays depuis plus d’un an maintenant. Il n’est alors pas surprenant que la journaliste ait accueilli la nouvelle de la reprise des vols en larmes. 

Pour partager sa joie, Farah a pris son téléphone et a enregistré une story Instagram, hier 16 mai 2021. L’Algérienne réussissait d’ailleurs à peine à parler. Elle a confié, tout en larme, ne pas savoir quoi faire, entre pleurer, sourire ou sauter de joie après ladite annonce tant attendue. 

« Revoir de nouveau ma famille est devenu un rêve », confie Farah Yasmine en larmes

Elle déclare ne pas avoir immédiatement cru à l’annonce, de peur de se bercer de faux espoirs. Tout émue, la journaliste ajoute que le moindre fait de voir sa famille et sentir leur odeur était limite un rêve. Ce rêve qu’elle espérait chaque jour qu’il puisse se réaliser. Ce qui est maintenant chose faite avec la reprise des vols internationaux prévue, le 1er juin prochain.

Elle s’estime toutefois chanceuse que ses parents soient sains et saufs. Cela alors que d’autres personnes n’ont pas eu l’opportunité de revoir leurs proches ou de les serrer une dernière fois avant qu’ils ne s’éteignent à jamais. Farah dit encore qu’elle profiterait de cette occasion pour revoir sa famille qui lui a cruellement manqué. Cela en plus de visiter la tombe de sa grand-mère.  

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes