AccueilPolitiqueVidéo. Al Jazeera tacle Naïma Salhi suite à sa récente déclaration

Vidéo. Al Jazeera tacle Naïma Salhi suite à sa récente déclaration

Algérie – Alors que Naïma Salhi et sa tendance controversée a récemment refait surface en se faisant passer pour la victime encore une fois, l’antenne Algérienne de la chaîne Al Jazeera a réagi à ses propos concernant son ensorcellement.

La députée au Parlement et présidente du Parti de l’équité et de la proclamation (PEP), Naïma Salhi a partagé, durant la soirée du 05 septembre dernier, un témoignage sur sa page Facebook, où elle a révélé avoir été, pendant trois (03) ans sous l’emprise de « maléfices », ce qui n’a pas échappé à l’antenne Algérienne représentant la chaîne qatarienne, Al Jazeera.

En effet, cette dernière a diffusé une vidéo ce 09 septembre, intitulée « Naima Salha.. ensorcelée par ses ennemis ! ». Ainsi, l’on peut lire sur ladite vidéo, que la députée à l’APN « dit avoir été soumise à un envoûtement surnaturel; dont les responsables sont des gens qui rejettent sa présence dans l’arène politique en Algérie ». Il s’agit de ses adversaires politiques; a écrit Al Jazeera.

Pour la parlementaire, « le but de cet ensorcellement est de la tuer; mais aussi de l’éloigner d’une manière définitive de la vie politique »; selon ce qu’a indiqué l’organe de presse. D’ailleurs, ce dernier a cité d’autres propos de la femme politique, des propos encore plus poussés que ceux susmentionnés. « Le sortilège lui a été jeté en scellant la bouche d’un chien avec un fil de fer. Dès que celui-ci mourra, sa mort suivra »; a souligné la même source.

Naïma Salhi prête à quitter son parti ?

En effet, selon l’antenne Algérienne représentant la chaîne qatarienne, Al Jazeera; Naïma Salhi a dit avoir souvent trouvé des écrits d’envoûtement dans sa maison ainsi que sa voiture. De plus, elle est également tombée sur des représentations de forces obscures, dans sa nourriture au siège de son parti. La députée aurait décidé de quitter le PEP dès la tenue du référendum prévu pour le 1er novembre prochain, et la dissolution du Parlement.

À noter que cette femme politique a tendance à se victimiser. Ce qui lui a valu de vifs commentaires partagés sur les réseaux sociaux, l’accusant d’avoir fait cette publication uniquement afin de fuir ses responsabilités; en estimant ne pas avoir agi selon sa volonté; mais plutôt avoir été sous le contrôle du mal.

Jouissant d’une immunité indéniable, rappelons que « deux avocats, notamment Kader Houali et Sofiane Dekkal, ainsi que le militant Salim Chait ont déposé, en juin 2019, une plainte au tribunal de Boumerdès; contre Salhi, en raison de ses propos haineux envers les Kabyles et d’autres populations du pays. Sans oublier la plainte de Mourad Amiri, ancien cadre au ministère de l’Intérieur; pour « diffamation, racisme et mise en danger de la vie d’autrui »; ainsi que celle déposée par la famille du Moujahid, Lakhdar Bouregaa.

https://www.facebook.com/AJA.Algerie/videos/3059370477506287

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes