AccueilSociété et CultureSociétéVidéo - Un Algérien âgé de 9 ans sacrifie sa vie pour...

Vidéo – Un Algérien âgé de 9 ans sacrifie sa vie pour sa mère

Algérie – Rafik est un jeune garçon algérien de neuf (09) ans multipliant les tâches, habituellement réservées aux adultes, pour prendre soin de sa mère atteinte d’une pathologie grave qui menace sa vie. « Il est mon médecin, mon infirmier, et de surcroît, ma femme de ménage », confie sa maman. Celle-ci le surnomme « mon fidèle compagnon ».   

Dans la wilaya de Saïda, une ancienne infirmière vit seule avec son enfant unique. Elle est handicapée par une maladie grave la clouant au lit. Le garçon alterne l’école et le fait de demeurer à son chevet. Le média en ligne AJ+, dans sa version francophone, a filmé le quotidien de l’écolier algérien qui mène une vie de responsabilités avant l’heure en portant sur ses épaules la charge des soins médicaux de sa mère. Il assure aussi son hygiène ainsi que son alimentation. En outre, il exécute les tâches ménagères. Le jeune Mohamed Rafik Barakat accomplit tout cela dans la bonne humeur. Le cœur y ait dans cette histoire. Le média digital a mis en ligne, hier 9 octobre, les images émouvantes de cette minuscule famille.

Son visage est serein. Ses yeux dégagent de l’espoir, malgré un brin de tristesse en arrière-plan. En dépit du contexte hors du commun, le jeune enfant semble assez confiant en l’avenir. Rafik est petit mais son impact sur la vie de sa maman est immense. Il souhaite que sa mère reprenne ses forces. Pour sortir et se promener tous les deux. Aller jouer dehors avec les autres enfants de son âge est un « luxe ». Un rêve auquel le jeune Rafik continue de s’accrocher. L’élève en 4e AP est en effet « l’ange gardien » de sa maman. Chteit Bakhta, 57 ans, est séparée de son mari. De plus, elle souffre d’une inflammation de la moelle épinière.

Y a-t-il moyen pour guérir la mère souffrante du petit Algérien ?

La majeure partie de son temps extrascolaire, Rafik le dédie à la prise en charge intégrale de sa maman. Presque tous les aspects de vie de la mère malade dépendent de son fils. Ce dernier ne désespère pas un instant de la voir un jour remise sur pied. Chose à laquelle le petit garçon n’a jamais assisté auparavant. Il a toujours connu sa mère dans cet état de morbidité. Visiblement, un traitement capable de guérir la dame, selon ses propres dires, existe en Turquie. Sauf qu’il coûte pas moins de 20.000 $. C’est d’après toujours elle. Cette somme équivaut à 2.556.000 DA selon donc le change officiel.

https://www.facebook.com/ajplusfrancais/videos/351148832632193

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes