Une vente aux enchères des biens des oligarques algériens incarcérés ?

Vers la vente aux enchères des biens des hommes d’affaires emprisonnés ? C’est en tout cas la proposition d’un sénateur algérien.

Dans un entretien accordé à Echorouk, le sénateur et membre de la commission économique au sénat, Abdelouahab Benzaim, a proposé la mise en vente des biens, des objets de valeur et du matériel des hommes d’affaires et oligarques détenus à la prison d’El Harrach. Cette vente aux enchères permettra, selon lui, de rembourser les dettes et les crédits bancaires astronomiques dont ils ont bénéficié impunément sous l’ère Bouteflika.

En effet, Benzaim estime que cette proposition est la plus facile à mettre en œuvre aujourd’hui. Il ajoute par ailleurs, que l’Etat algérien devrait entamer des négociations avec les hommes d’affaires emprisonnés, à l’instar de Ali Haddad, des frères Kouninef ou encore de Mahieddine Tahkout, pour en tirer le maximum de leurs biens et de leurs capitaux indûment acquis.

Il ajoute en outre que ces négociations pourront donner lieu à un « accord à l’amiable » entre les autorités algériennes et les oligarques détenus à El Harrach.

Quid des fonds cachés à l’étranger ?

Concernant le volet de la récupération des fonds pillés à l’économie algérienne et cachés dans des banques off-shore ou dans des paradis fiscaux; Abdelouahab Benzaim affirme que cette démarche « n’est ni impossible ni difficile. »

Cette dernière requiert, selon lui, une volonté politique en s’appuyant sur l’appareil judiciaire à travers l’envoi de délégations à l’étranger pour mieux enquêter et suivre les traces de ces fonds.

Par la suite, la justice algérienne pourra se baser les accords conclus avec les pays étrangers, les ratifier si nécessaire, afin de faciliter la récupération des fonds volés dans les caisses de l’Etat.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes