Vente de cigarettes d’Algérie en France : Nouveau rebondissement

France – Un célèbre groupe suisse est accusé d’avoir favorisé la vente contrebandière de cigarettes venants d’Algérie en destination de la France.  

En effet, la célèbre entreprise internationale spécialisée dans les produits du tabac, Philip Morris International (PMI) est sujette de nombreuses accusations ces derniers jours. Selon le quotidien francophone Liberté, PMI est accusée d’avoir favorisé la contrefaçon de cigarettes. Pour plus de précisions, l’entreprise en question a mis en points un système d’approvisionnement contrebandier de cigarettes (Marlboro). Et les cigarettes venaient d’Algérie pour ensuite être revendu à Barbès, en France. 

En sus, les cartouches de cigarettes Algériennes arrivaient en France par ferry ou avion. Dissimulées par des passagers qui arrivent à berner les contrôles routiniers. Une fois arriver à l’hexagone, les cigarettes sont revendues dans différents quartiers de Paris et à des prix très bas, par rapport à ceux vendues sur le marché français.

Raoul Setrouk dépose plainte contre le groupe Philip Morris international

Selon le site spécialisé, CitizenPost, le groupe Philip Morris aurait travaillé étroitement avec la société genevoise Market Survey Intelligence (MSI), et ce pendant 20 (vingt) longues années. Toutefois au début de l’année courante, PMI a résilié le contrat avec l’entreprise genevoise. Et de ce fait, Philip Morris s’est permis de reprendre le savoir-faire de MSI. Le président Market Survey Intelligence, Raoul Setrouk était mécontent et a décidé de faire valoir ses droits. 

Et c’est ailleurs dans ce cadre que l’entreprise génoise a déposé plainte, le 2 novembre dernier, à New York contre son ancien collaborateur, le groupe Philip Morris International. Par ailleurs, la même source a noté que la contrefaçon n’était pas le seul délit qu’a commis l’entreprise suisse (PMI). PMI serait également accusée d’avoir atteint des droits de propriété intellectuelle. En plus d’utiliser des logiciels d’espionnage pour écouter les téléphones portables et la violation d’embargos à l’égard de l’entreprise genevoise Market Survey Intelligence (MSI); rapporte le site spécialisé cité précédemment. 

C’est dans une plainte de 19 pages que le président Raoul Setrouk, a énuméré tous les délits présumés de Philip Morris. Il a également souligné que les actions; la communication et les campagnes d’information de son ancien collaborateur visaient à étouffer son implication dans la mise en place d’un système d’approvisionnement contrebandier de cigarettes, rapporte la même source. 

Contenu sponsorisé :

Articles récents

Articles connexes

Contenu protégé !