Véhicules d’occasion en Algérie : Vers une hausse des prix durable

Algérie – Selon le président de l’APOCE, Mustapha Zebdi, les prix des véhicules d’occasion qui connaissent déjà une hausse considérable depuis quelques mois, continueront de grimper. Voici pourquoi. 

Dans le marché automobile quasi déserté en Algérie, les voitures restent alignées l’une à côté de l’autre dans l’attente d’un acheteur. Pendant les premiers mois de la crise sanitaire sévère couplée à une autre économique aiguë, les ventes des voitures ont résisté, mais elles ont fini par céder à la chute. Malgré la forte baisse des demandes, Zebdi affirme que les prix des véhicules d’occasion en Algérie continueront de suivre une tendance haussière.    

C’est en tout cas ce qu’a indiqué un article de l’APS paru ce dimanche 07 février. Tout en faisant savoir que les prix des véhicules d’occasion sont arrivés au plus haut sommet au deuxième semestre de 2020, Zebdi a tenu à expliquer sa déclaration. Le spécialiste en matière de conduites des consommateurs a en effet révélé les raisons pour lesquelles il a prédit la poursuite de la hausse. 

Zebdi a fait savoir que les prix ne connaîtront la baisse que dans une seule condition. Selon lui, seule l’existence des « produits alternatifs » pourrait mettre fin à cette hausse. Cela va sans dire. L’arrivée des véhicules neufs pourrait, selon lui, contribuer à la baisse des prix des voitures d’occasion. Cependant, les prix de ces voitures importées devront être à la portée des consommateurs et des bourses, signale-t-il au passage. 

Prix des voitures d’occasion : Vers une baisse à l’arrivée des voitures neuves ? 

D’après un spécialiste, la stabilité et l’équilibre du marché d’automobile s’explique par l’offre et la demande sur ce dernier. Mourad Saadi a tenu à éclaircir sa vision des choses. En préambule, le fondateur de l’Argus DZ a indiqué que le nombre des demandeurs s’est dégradé depuis 2017. 

Selon lui, 400.000 des véhicules produits entre 2014 et 2019 « ne répondent pas au marché ». Malgré que le nombre des offreurs est, comme l’atteste le chiffre susmentionné, considérable, les ventes se font de moins en moins. Dans un autre sillage, l’expert en automobile révèle que le budget alloué à l’importation de véhicules neufs est plus énorme qu’il y apparaît. D’autres dépenses entreront, selon lui, dans les calculs. 

Il a cité, entre autres, les camions, les motos, les bus…, etc. Contrairement à l’avis de Zebdi, Mourad Saadi estime que l’importation de voitures neuves n’impactera pas les prix de celles d’occasion. Par ailleurs, Saadi s’est dit totalement convaincu d’une chose. Il a fait savoir qu’à ses yeux, les véhicules importés ne seront pas disponibles avant 2022. Il conclut ses déclarations en expliquant que le processus de l’importation est long. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes