Vaccin contre le Coronavirus : Spoutnik V aurait montré son efficacité

Algérie – Le vaccin russe contre le Coronavirus développé par le centre de recherches Gamaleya de Moscou, le Spoutnik V, se révélerait efficace pour prévenir le vaccin virulent actuel.  

Après la directive donnée par le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, afin d’acquérir rapidement le vaccin contre le Coronavirus, l’Algérie a finalement opté, pour sa campagne de vaccination, pour le Spoutnik V. Un vaccin russe d’une efficacité qui frôle les 100% . Les premières doses de cet antidote arrivent dans le pays durant le mois en cours. Et ce, dans l’optique de combattre l’infection, relate le quotidien francophone Liberté Algérie.

Mais la question qui se pose est de savoir si cet anti-Covid-19 empêche la transmission du virus et s’il est vraiment agissant. En réponse à cela, le président de la Société algérienne d’immunologie, Kamel Djenouhat, a été convié à se prononcer sur ce sujet par le média susdit. Le chef de service à l’EPH de Rouiba affirme explicitement l’efficience de Spoutnik V.

Selon lui, l’institut Gamaleya de Moscou est l’une des meilleures en matière de production de vaccins à base d’adénovirus humain comme vecteur. Ne pas oublier que le laboratoire dito faisait partie des premiers à avoir conçu un vaccin anti-Ebola. Un antidote auquel l’OMS a accordé une homologation d’urgence.

L’intervenant rassure la population algérienne. Il explique alors qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Car, le corps humain est habitué à ce type de virus qu’il contracte lors des épisodes de rhume. D’autant plus que le vaccin russe produit de nouveaux anticorps humains en transmettant la protéine spike S au système immunitaire. Cela, pour renforcer les défenses immunitaires contre l’infection à Coronavirus.

Qu’offre de plus le Spoutnik V en matière d’efficacité par rapport aux autres vaccins?

L’Algérie a décidé de se doter, le 30 décembre dernier, d’un vaccin contre le Coronavirus qui se conserve entre 2 et 8 °C, le Spoutnik V. Ce qui ne pose pas de problème au gouvernement, puisque ce système de conservation est disponible sur tout le territoire national.

Ce qui différencie le candidat russe aux autres, c’est sa technologie thérapeutique. D’après le professeur, les autres vaccins, notamment allemand et américain utilise les ARN messagers qui pénètrent dans le cytoplasme de la cellule.  À titre de comparaison avec le vaccin d’Astra Zeneca-Oxford, celui-ci est basé sur le même principe que le Spoutnik V à l’exception de deux fondements.

La première consiste au fait que le laboratoire britannique emploie un vaccin adénovirus de chimpanzé comme vecteur et non pas un adénovirus humain. La deuxième différence se trouve dans la deuxième dose de la vaccination, tandis que le Spoutnik V utilise lors de la deuxième dose un adénovirus différent de celui appliqué dans la première dose.

Sa méthode vise à éviter ce qu’on appelle les interférences immunitaires. De plus, son efficacité (91,4%) surclasse celle d’AstraZeneca, qui est estimée à (62%). C’est d’ailleurs pour ça que le ministre de la Santé et les membres du Gouvernement ont lancé un partenariat avec l’Institut russe de Gamaleya.  

Qu’en est-il de la campagne de vaccination? 

Concernant la campagne de vaccination dans le pays, l’intervenant de ladite presse estime que l’élaboration et la mise en oeuvre d’une campagne de communication est la solution. Pour être plus précis, le Comité Scientifique se doit d’expliquer et informer à l’ensemble des citoyens ce qu’est cet antidote. Et ce, via les médias lourds ou à travers des débats pour entamer la vaccination, en commençant par les personnes prioritaires.

À savoir, le personnel hospitalier, ceux atteints de maladies chroniques et les personnes âgées. Le spécialiste souligne également les effets secondaires de l’anti-Covid-19 russe. Selon lui, les effets indésirables associés à ce vaccin ne sont pas sévères, ils sont acceptables, souligne-t-il.

Kamel Djenouhat conclut en rappelant qu’il ne faudra pas seulement compter sur cet arme russe pour vaincre la pandémie. Il a fait savoir, dans ce sens, qu’il est nécessaire d’adopter les mesures de prévention générales au moins pendant quelques mois après la vaccination de la population en Algérie. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes