Vaccin contre le Coronavirus : Ce qu’a dit l’Institut Pasteur Algérie

Algérie – La cheffe du département de contrôle des produits biologiques à l’IPA, Dr Fouzia Benguergoura, a été l’invité de la chaîne de radio nationale, la chaîne 3, le 16 novembre dernier, et a fait part de ses inquiétudes sur le manque de moyens de contrôles dans les instituts de recherche pour la réception du vaccin contre le Coronavirus.

Pour rappel, les 2 géants BioNTech et Pfizer, travaillent en collaboration depuis des mois déjà, et ce, pour élaborer le vaccin que tout le monde attend de pied ferme, le vaccin contre le Coronavirus. Cependant il est toujours en phase 3 des essais cliniques. Les résultats sont très concluants et encourageants avec un pourcentage d’efficacité qui équivaut à  90%.

Et c’est dans ce cadre que la cheffe du département de contrôle des produits biologiques à l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA), Dr Fouzia Benguergoura, a été invité, le 16 novembre dernier, à la chaîne de radio nationale, la chaîne 3. Elle s’est notamment exprimée sur le processus de vaccination, et a également fait part de nombreuses réclamations, afin que la réception du vaccin contre le Coronavirus en Algérie se fasse dans les meilleures conditions possibles; a-t-on rapporté du média francophone TSA Algérie.

En outre, acquérir le vaccin est bien beau, mais posséder les moyens de contrôle reste la priorité a affirmé Dr Fouzia Benguergoura. Car selon cette dernière, les centres et instituts de recherche en Algérie manquent de moyens et de personnels qualifiés pour la tâche.

Elle a donc profité de son invitation à la chaîne de radio nationale la chaîne 3, pour réclamer les moyens; qu’ils soient matériels ou par la formation du personnel aux techniques de contrôle; a-t-on rapporté des propos de la cheffe du département de contrôle des produits biologiques à l’IPA, selon la même source.

L’approvisionnement des vaccins contre la COVID-19 doit être régulier et jamais interrompu selon Dr Fouzia Benguergoura

La vaccination étant la dernière étape du processus, car avant cela là, il fallait garantir le bon transport des produits; avec les normes que doit comprendre la chaîne de froid, et ainsi préserver la qualité du vaccin. Ensuite pratiquer une batterie de tests et de contrôles pour obtenir un certificat de conformité, et avoir le droit de mettre le vaccin sur le marché algérien; affirme la cheffe du département de contrôle des produits biologiques à l’IPA.

Dr Fouzia Benguergoura met également le point, lors de l’entretien avec la chaîne de radio nationale; sur la nécessité de se procurer le vaccin contre la COVID-19 en continuité et sans interruption.

Elle déclare : « Quand il y a un problème d’importation de réactifs, nous restons en panne. Pour ce faire, il faudrait avoir de la pérennité dans l’approvisionnement des réactifs en négociant des contrats avec les fournisseurs, de façon à ce que l’approvisionnement soit régulier et jamais interrompu. Sans réactifs nous ne pouvons rien faire »; a-t-on rapporté du média TSA Algérie.

En conclusion, la disponibilité des moyens de contrôle et la disponibilité continue des vaccins contre la COVID-19; si toutefois ils voient le jour, reste la priorité N° 01.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes