26.9 C
Alger
26.9 C
Alger
samedi, 15 juin 2024
- Publicité -
AccueilSociété et CultureL’utilisation du patrimoine algérien par le Maroc à Dubaï fait polémique

L’utilisation du patrimoine algérien par le Maroc à Dubaï fait polémique

Publié le

- Publicité -

Algérie – Avec sa participation à l’Expo Dubaï avec le patrimoine algérien, le Maroc suscite un nouveau scandale culturel. On vous étale tous les détails, ce 08 janvier 2022.

Suite à la polémique sur l’origine du Couscous et d’autres tenues traditionnelles du patrimoine algérien, le Maroc s’approprie à Dubaï des clichés témoignant d’une période historique en Algérie. C’était à l’exposition universelle de 2020, autrement dit Expo Dubaï 2020. Cet événement a débuté le 1er octobre 2021 et se clôturera le 31 mars 2022. Ennahar rapporte l’information.

On les accuse donc d’avoir utilisé le patrimoine de Ouled Naïl. Où, ils ont affiché des images de femmes algériennes en tant que marocaines. En effet, ce n’est pas la première fois que le Maroc se sert du patrimoine algérien. D’ailleurs, un grand nombre de citoyens en Algérie en colère ont associé de tels détournements à « l’absence de cultures propres à eux ».

- Publicité -

De ce fait, ladite exposition a suscité une large controverse sur les réseaux sociaux en affichant des photos des femmes de la tribu Ouled Nail, célèbre en Algérie. Après les avoir attribué au Maroc, plusieurs activistes ont diffusé le hashtag « Le patrimoine algérien est une ligne rouge ».

L’ambassadrice du patrimoine algérien pousse un coup de gueule 

De son côté, Nawel Kadi, l’ambassadrice du patrimoine algérien a dénoncé les pratiques du Maroc. En qualifiant cela de vol de patrimoine culturel algérien. Elle s’est également interrogée pourquoi l’image de la reine Berbère Dihya était également attribuée au Maroc. Tandis qu’elle est l’une des figures historiques emblématiques de l’Algérie.

- Publicité -

Dans ce sens, elle a ajouté que cette affaire a eu lieu à l’échelle mondiale. Dans une exposition arabe internationale. C’est pourquoi Kadi a appelé les autorités compétentes à intervenir d’urgence. Cela, afin de préserver le patrimoine culturel de notre pays. Puisque selon elle, l’État algérien ne peut pas légalement poursuivre le Maroc ou protester auprès de l’UNESCO.

 

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -