L’Union européenne compte-elle se passer du gaz algérien ?

Énergie – On vous expose le plan de l’Union européenne, et la place qu’occupe en lui le gaz algérien, pour s’en passer progressivement du recours aux ressources énergétiques russes. Retrouvez toute l’information, ce 10 mars 2022.

En se dirigeant vers la suppression progressive de l’approvisionnement russe en hydrocarbures, l’Union européenne (UE) pourrait se tourner encore plus vers le gaz algérien, rapporte Awres. De ce fait, les retombées de l’invasion militaire lancée par la Russie contre l’Ukraine semblerent favorables à l’Algérie d’un point de vue économique.

Dans ce sens, le vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans, a déclaré que l’UE pourrait réduire sa dépendance au gaz russe d’ici quelques mois. Plus encore, le responsable a même évoqué pouvoir y renoncer d’ici quelques années.

D’après l’agence de presse mondiale, Reuters, la Commission européenne proposera mardi prochain des plans pour diversifier ses sources d’approvisionnement. À savoir, celles en combustibles fossiles. Cela en écartant la Russie de la liste des fournisseurs. Mais surtout en discutant des moyens efficaces pour passer plus rapidement aux énergies renouvelables.

En couvrant 40 % des besoins en gaz du continent européen, le pays de Vladimir Poutine s’impose avec vigueur. Principalement, dans le domaine de l’énergie. C’est pourquoi, le même intervenant a souligné, ce lundi, devant la Commission de l’environnement au Parlement européen qu’il est difficile d’arrêter d’importer depuis la Russie. Néanmoins, il soutient que cela est tout de même réalisable.

À la recherche d’une alternative au gaz russe : l’Algérie est-elle au programme ?

En revenant au gaz algérien, on rappelle que deux pays européens ont déjà franchi le pas. On parle effectivement de l’Espagne et l’Italie qui ont montré leur intérêt à s’approvisionner en Algérie. À cet effet, des discussions sont déjà en cours avec le gouvernement algérien. C’est dans le but de déterminer les différents mécanismes d’approvisionnement énergétique de ces pays.

D’ailleurs, ces deux pays consommateurs ont affirmé que l’Algérie est un partenaire fiable. Notamment, par rapport au domaine de l’approvisionnement en pétrole et en gaz. Des déclarations qui placent donc l’Algérie en position de force pour faire partie de la solution alternative au gaz russe.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes