Tourisme en Algérie : Le secteur au bord du gouffre, un « plan Marshall touristique » s’impose

Algérie – Lancer un plan d’accompagnement pour le secteur du tourisme en Algérie est plus que nécessaire, et ce; afin de faire face à la crise économique post-pandémique mais aussi pour relancer le secteur frappé de plein fouet par la crise sanitaire.

Cela va sans dire que le secteur du tourisme a été sévèrement impacté depuis près de deux mois, car les citoyens ne voyageaient presque plus depuis la mi-février jusqu’à la fermeture définitive des frontières le 18 mars dernier, en raison de la pandémie du Coronavirus. Dans son entretien avec le quotidien national Liberté le 28 avril dernier, l’expert international et président du SNAV, Saïd Boukhelifa, a analysé l’impact de la pandémie du Coronavirus sur l’activité touristique et le secteur du tourisme en Algérie, qu’il a qualifié de « dramatique »

« Les hôtels sont à l’arrêt, les restaurants sont fermés et les avions sont cloués au sol. Les Agences de Tourismes et de Voyages (ATV) ainsi que les autocaristes de tourisme sont au chômage technique »; a constaté le président du SNAV en faisant référence aux secteurs les plus touchés. S’intéressant aux ATV; l’expert a expliqué que les plus pénalisées sont notamment celles du Sud, qui ne travaillent que l’hiver et le printemps. Pour ce qui de celles du Nord, beaucoup ont définitivement fermé, a-t-il signalé.

« La situation est vraiment critique. La pandémie du Coronavirus a paralysé le secteur des voyages à 100% avec des annulations de billetterie et des forfaits réservations dans l’outgoing et le coming; surtout pour la destination Sahara, qui a enregistré, ces trois derniers mois, des pertes sèches dans l’outgoing »; a déploré  à notre source, Mohamed Bourad, consultant en tourisme durable et ancien directeur du tourisme de la wilaya d’Adrar.

Bourad a indiqué que ces pertes se chiffrent en milliards, avec une mise au chômage technique de plus de 150.000 emplois en hébergement et restauration. D’autre part, les deux interlocuteurs ont révélé le même constat : les ATV activant dans le tourisme religieux (hadj/omra) ont subi « un coup de grâce », car le marché représente 600.000 pèlerins. Pour ce qui est des agences activant dans l’outgoing, notamment sur les destinations Tunisie, Maroc, Égypte et Turquie, ont été, elles aussi, mises à rude épreuve, a ajouté le consultant.

Un « plan Marshall touristique » s’impose

Concernant un plan de sauvetage, Boukhelifa a expliqué que son syndicat établit un diagnostic précis sur la situation catastrophique, qui sera soumis à la fin de la pandémie aux pouvoirs publics qui sont actuellement extrêmement préoccupés par la contagion du Coronavirus. 

« Un véritable plan Marshall est nécessaire », a avancé le syndicaliste, dont le but est d’aider les opérateurs publics en détresse financière, à rebondir et à ne pas mettre au chômage leurs employés; mais aussi de participer à la relance économique et à sa bonne croissance, a-t-il fait savoir.

L’expert international a également proposé de geler les impôts et les taxes sur au moins une année et d’octroyer les crédits bancaires à un faible taux. De son côté, Mourad Kezzar, consultant-formateur en tourisme, dans une contribution intitulée « le SOS des agences de voyages algériennes : Piste de traitement de la crise »; a estimé que le report des dépôts des déclarations fiscales et le paiement des taxes, unique moyen entrepris par les autorités publiques jusqu’à présent, est insuffisant pour permettre aux ATV de survivre.

Vers la modernisation du tourisme en Algérie ?

Selon le média arabophone El Bilad, Djamel Necib, directeur adjoint de la Fédération nationale des hôteliers (FNH) de la région Sud-Est; a adressé une lettre au ministre du Tourisme de l’Artisanat et du Travail familial, Hassane Mermouri, où il a mentionné que le secteur du tourisme doit être au sommet des priorités du gouvernement; après l’éradication de l’épidémie. Et ce en lui fournissant un soutien et un accompagnement durable; a-t-il attesté. 

Dans sa proposition, le directeur adjoint de la FNH; a indiqué qu’il serait nécessaire de créer un partenariat entre les services de sécurité et le ministère du Tourisme; en particulier dans la région du Sud. L’orateur a également appelé à accompagner le secteur en finançant des projets afin de moderniser les services de manière à promouvoir la destination touristique en Algérie.

La création d’une véritable culture touristique ne peut-être réalisée, selon lui, qu’en soutenant la formation et l’engagement du secteur privé pour répondre aux besoins dudit secteur, tout en travaillant pour intensifier les campagnes touristiques par le biais des technologiques modernes; a préconisé l’intervenant.

En conclusion, il a conseillé de revoir les dispositifs d’octroi de visa et d’essayer de réduire ses conditions afin de gagner en nombre de touristes étrangers; et opter de développer des mécanismes de visa électronique et un accompagnement de sécurité interne.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes