TMS (troubles musculo-squelettiques) : quelles sont les actions pour la prévention ?

Santé – Lorsqu’un travailleur est exposé à des facteurs de risque de TMS, il commence à se fatiguer. Il développer un déséquilibre musculo-squelettique. Avec le temps et la persistance de cette situation, des troubles musculo-squelettiques se développent. Voici ici, quelques actions pour la prévention des TMS.

Les troubles musculo-squelettiques (TMS) touchent les structures autour des articulations et surviennent les plus souvent au niveau du dos ou des membres supérieurs. Ces affectations touchent les muscles, les tendons, les nerfs… Plusieurs facteurs, notamment, professionnels favorisent ces TMS.

En effet, les troubles musculo-squelettiques (TMS) regroupent des affectations touchant les structures situées à la périphérie des articulations. C’est-à-dire au niveau des muscles, tendons, nerfs, ligaments, bourses séreuses, capsules articulaires, vaisseaux… et ainsi de suite.

Toutefois, les parties du corps les plus fréquemment atteintes sont généralement le dos, le poignet, les épaules, le coude, et plus rarement les membres inférieures et les genoux. Les TMS ont des multiples causes, mais l’activité professionnelle joue fréquemment un rôle dans leur survenue et leur aggravation.

Comment prévenir les TMS ?

La démarche de prévention contre ces troubles musculo-squelettiques repose sur un certain nombre de phases. En premier lieu, la mobilisation, cette démarche anticiper les risques de TMS dès la conception d’un poste de travail. Elle agit sur l’organisation du travail en questionnant les équipements, les ambiances physiques, la gestion des compétences, l’organisation de la production.

Ensuite, il est possible d’agir sur la base de diagnostic. En réduisant les contraintes, en aménageant les postes de travail. Ou encore en organisant la production. Mais aussi
en suivant les actions menées par l’entreprise pour réduire les récidives.

La prévention secondaire visa à limiter, corriger et traiter les premières atteintes. L’objectif est d’éviter l’aggravation des premiers symptômes et leur transformation en maladie chronique. Il est aussi important de souligner que le retour et le maintien dans l’emploi deviennent des méthodes clés pour permettre à la réinsertion professionnelle et sociale du salarié.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes