Titre de séjour/Algériens en France : Sans-papiers, étudiants, régularisations.. Les chiffres dévoilés

France – Selon le dernier rapport de la Cour des Comptes, intitulé « l’entrée, le séjour et l’accueil des personnes étrangères »; la France aurait délivré en 2019, 276.576 premiers titres de séjour à des ressortissants non-européens.

En effet, dans un rapport publié le 5 mai, la Cour des Comptes a révélé qu’en 2019, la France a délivré 276.576 premiers titres de séjour à des ressortissants non européens; dont les Algériens. Selon le même document, cette dernière appelle l’État à moderniser sa politique migratoire, comme annoncé dans un article précédent.

Il a été mentionné dans ce document de 184 pages, que l’octroi des premiers titres de séjour a augmenté de 38% depuis les années Sarkozy. Néanmoins, ce chiffre demeure minime par rapport à d’autres pays. « La France accueille sensiblement moins de personnes étrangères que les autres grands pays occidentaux par la voie de l’immigration régulière »; a souligné le même rapport.

Politique migratoire de la France : La Cour des Comptes fait le point

L’autorité financière s’est penchée sur des points saillants. À commencer par la lenteur dans le délai de traitement des procédures de demandes d’asile, dites accélérées; qui doivent être traitées en 15 jours mais dont les délais réels constatés sont de 121 jours. Selon la Cour des Comptes en 2019; 154.620 demandes d’asile ont été enregistrées.

D’autre part, l’entité administrative a reproché à l’État d’avoir durci le régime du séjour en imposant le renouvellement fréquent d’une majorité de titres courts. À cet égard, l’organisme a préconisé l’allongement de la durée de certains titres de séjour. La Cour des Comptes suggère de « simplifier le régime du séjour en allongeant la durée de certains titres; en automatisant le renouvellement de ceux qui s’y prêtent et en allégeant les formalités procédurales ».

Selon ledit rapport, en 2018, plus des trois quarts des premiers titres de séjour délivrés avaient une validité d’un an, sans que ce ne soit « le gage d’une plus grande sélectivité »; avec un taux de refus de renouvellement de seulement 1%.

France : Les chiffres des régularisations, des étudiants et des sans-papiers

En proportion avec la population, l’Hexagone aurait délivré en 2016; 3.72 premiers titres de séjour pour 100.000 habitants. Un chiffre légèrement plus élevé que les États-Unis soit 3.67, mais moins que l’Italie (4.42), le Royaume-Uni (6.32), l’Espagne (7.65), l’Allemagne (12.18), la Suède (14.53) ou la Suisse (17.03), a dévoilé la Cours des Comptes.

La même source a ajouté que le principal vecteur de l’immigration légale en France serait par le biais de l’immigration estudiantine; avec 91.495 premiers titres de séjours accordés en 2019 aux étudiants internationaux; dont les étudiants Algériens, soit +55% par rapport à 2012. 

Par ailleurs, le rapport a dénoté que 37.000 sans-papiers, dont des Algériens, sont régularisés chaque année en France, grâce à la circulaire Valls (du gouvernement socialiste) datant de novembre 2012; imposant une présence de cinq ans sur le territoire national pour en bénéficier. La Cour des comptes a également fait savoir que l’immigration irrégulière concerne 350.000 à 400.000 étrangers.

Ainsi, il a été constaté, que le système français ne privilégie guère l’immigration professionnelle. À cet effet, l’autorité financière a préconisé d’accentuer la politique visant à faire venir une immigration de travail en imitant le modèle canadien d’immigration professionnelle.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes