Technologie : 4 Algériens parmi les meilleurs chercheurs au monde

Algérie – La prestigieuse université américaine Stanford a catégorisé quatre (04) Algériens parmi les 2 % meilleurs chercheurs au monde.

L’université de Stanford, l’une des institutions d’enseignement et de recherche les plus prestigieuses, a établi un classement des meilleurs chercheurs au monde. L’université américaine a inscrit quatre (04) Algériens parmi les 2 % meilleurs chercheurs au monde.

Il s’agit de ce qu’indique l’ambassade des États unis d’Amérique. Chose à laquelle elle a procédé par le biais de sa page Facebook. L’université de Stanford a ainsi reconnu l’excellente qualité des recherches des professeurs algériens de l’université Badji Mokhtar de Annaba. 

Il est question des deux professeurs, Oualid Hamdaoui et Houria Triki. Le premier est un professeur au département de Génie des procédés. Professeur Houria Triki, quant à elle, exerce au département de Physique de la même université algérienne.

Classification de l’université de Stanford : le critère d’évaluation des chercheurs

Figure également dans la liste de Stanford, le scientifique Azzedine Bousseksou. C’est ce qu’indique la même source susmentionnée. Ce dernier est un physico-chimiste et un chercheur, exerçant au Centre national de la recherche scientifique CNRS à Toulouse. 

D’après la publication de l’ambassade des États unis d’Amérique, la liste inclut également le docteur Adel Belouchrani. Il est chercheur au département de Génie électrique de l’École nationale polytechnique.

L’évaluation des scientifiques a été réalisée par une équipe de l’université américaine susmentionnée. Cette dernière s’est basée sur la fréquence de citation de leurs recherches. Cela dans publications universitaires des autres scientifiques. Démontrant ainsi, une influence significative en matière de recherche parmi leurs homologues.

Il convient de signaler que la classification élaborée a comporté également des dizaines d’autres chercheurs algériens. Cela prouve, en effet, que notre pays jouit d’un vivier de compétences et de performances. Néanmoins, cela exige le renforcement des moyens pour qu’elles bénéficient de la gratitude qu’elles méritent.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes