24.9 C
Alger
24.9 C
Alger
mardi, 18 juin 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieDevise AlgérieLe taux de change parallèle du dinar en Algérie contraste avec celui...

Le taux de change parallèle du dinar en Algérie contraste avec celui officiel : le Square s’enflamme

Publié le

- Publicité -

Algérie – Longtemps en moyenne égale au cours officiel, le taux de change du dinar algérien (DZD) face aux principales devises, soit l’euro et le dollar américain (EUR & USD), sur le marché parallèle, appelé communément « square », se détourne de ses voies traditionnelles. 

Tombé en désuétude et contrarié par la pandémie, qui a coupé les ailes à son activité, le libre jeu de l’offre et de la demande des devises a repris du poil de la bête ainsi que ses vrombissements habituels. Il est actuellement marqué par un changement de format. Cette métamorphose du marché parallèle peut se résumer en une seule phrase. Soit l’établissement d’un taux de change du dinar diamétralement discordant avec les cotations de la Banque d’Algérie (BA). 

Le billet vert et la monnaie unique européenne reprennent possession du terrain depuis plusieurs jours. Tous deux acquièrent ainsi un rôle de valeur refuge face à un dinar qui, pourtant, est en pleine embellie au niveau des cours officiels. Pour mieux illustrer cette discordance entre les deux marchés, le quotidien El Khabar a fait le tour du square Port-Saïd d’Alger. 

- Publicité -

Son investigation a alors livré des constats assez déconcertants. Il les mentionne dans sa nouvelle édition du lundi 6 février 2023. Sous les arcades de la susdite placette bien réputée, un euro s’est en effet récemment échangé au prix de 219 dinars algériens. La devise américaine, elle, valait 202 DZD. Cela au moment où cette dernière est cédée à une valeur maximale de 135, 6 DA dans les cours formels.  

Algérie/la révolte du marché parallèle de la devise : quelles en sont les raisons ? 

Si l’on s’en tient aux réponses formulées au micro de la même source médiatique, la flambée des principales devises devant la monnaie nationale procède par déduction. Elle trouve son explication, selon des vendeurs, dans « l’indisponibilité de l’euro et du dollar notamment ».

Eux qui ne trouvent, en revanche, aucune difficulté à répondre à tout besoin de leurs clients. Mais là n’est pas la seule explication à la dépréciation du dinar algérien face aux unités monétaires étrangères. La hausse de la demande y est pour beaucoup. C’est en tout cas ce que tentent d’expliquer certains.

- Publicité -

« Depuis l’annonce de la réautorisation d’importation de voitures d’occasion de moins de trois ans, les citoyens se ruent vers le marché parallèle. Ils préfèrent avoir une épargne en euro », souligne-t-on. Concrètement, cette fluctuation du taux de change au niveau des zones illicites se conjugue par l’absence de règles bien établies. Chose qui entretient une imprécision sur ce qui est légal et illégal.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -