Taha Bouhafs : origines en Algérie, carrière, âge.. Tout ce qu’il faut savoir

Algérie – Dans cette édition du mardi 28 septembre 2021, on vous relate tout ce qu’il faut savoir sur le journaliste militant aux origines algériennes, Taha Bouhafs.

En effet, le journaliste et militant anti-raciste, Taha Bouhafs, est un jeune homme de 24 ans qui a des origines algériennes, il est plus précisément né en dans la région d’Oum El Bouaghi, pour ensuite quitter l’Algérie pour la France à lâge de quatre (04) ans avec ses parents.

Au fait, une fois arrivés en France, ses parents qui étaient à la base des enseignants n’arrivaient pas à trouver un travail stable. De plus, ils n’ont pas pu subvenir aux besoins des membres de la famille. De ce fait, arrivé à la seconde à l’âge de seize ans, Taha s’est vu contraint d’arrêter les études et de se diriger vers le monde professionnel.

Depuis son plus jeune âge, il est devenu très à l’écoute des médias, de la télévision et des journaux. Il voulait, en fait, connaître tout ce qui concerne la politique, a-t-il dit dans un entretien publié en 2019. C’est à partir de là qu’il a entamé ses actions de militant et ses mouvements d’opposition.

Taha Bouhafs : accusations et condamnations pour racisme et antisémitisme

Cela dit, il est vrai que le fait d’être impliqué dans des mouvements de protestation et de revendications peut mener à des conflits et des accusations. C’est du moins ce qui s’est passé pour Taha Bouhafs. Que ce soit de la part des forces de l’ordre. Mais aussi, de la part de ses confrères qui l’accusent de pratiquer du journalisme militant sans carte de presse.

Cependant, sa dernière affaire avec la loi remonte à juin 2020. Au fait, il a été accusé pour avoir qualifié la syndicaliste policière, Lynda Kebbab, d’« arabe de service » sur Twitter. Celle-ci s’est plainte et a engagé un avocat pour régler cette affaire dans les tribunaux. 

Elle a finalement eu gain de cause après l’annonce du verdict en ce mardi 28 septembre 2021. Cela, par le tribunal correctionnel de Paris. Le jeune Taha a été condamné au paiement d’une amende de 1.500 euros. Sans parler des 2.000 euros de dommages et intérêts à verser au profit de la plaignante.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes