29.9 C
Alger
29.9 C
Alger
vendredi, 19 juillet 2024
- Publicité -
AccueilFootSuspendu par l’OGC Nice, Atal refuse l'intervention de Belmadi et de la...

Suspendu par l’OGC Nice, Atal refuse l’intervention de Belmadi et de la FAF

Publié le

- Publicité -

Foot – Dans un revirement inattendu, le défenseur algérien Youcef Atal a expressément demandé à l’entraîneur national Djamel Belmadi et au président de la FAF, Walid Sadi, de ne pas évoquer l’affaire de sa suspension.

En pleine tempête médiatique, Youcef Atal, le défenseur éminent de l’équipe nationale algérienne de football, a pris une position inattendue. Selon des sources proches du dossier citées par le site Ennahar, Atal a sollicité une rencontre avec l’entraîneur national Djamel Belmadi et le président de la Fédération Algérienne de Football (FAF), Walid Sadi, leur demandant explicitement de ne pas aborder sa récente affaire : un post de soutien à la Palestine qui a pris des dimensions sérieuses et inattendues.

- Publicité -

Cet épisode intervient dans un climat déjà tendu, après la fin du stage de l’équipe nationale qui s’est conclu par un match amical contre l’Égypte. Atal, naviguant dans une mer agitée d’opinions publiques et politiques, a préféré prendre les devants pour éviter que la situation n’escalade, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des frontières de son pays.

Atal, Belmadi et la FAF  : une stratégie de silence surprenante !

En plus de cette demande surprenante, les sources ajoutent que Atal a été en contact avec son avocat en France pendant son temps au camp de l’équipe nationale. L’avocat aurait confirmé à Atal qu’il pourrait faire face à des sanctions juridiques. Cela en vertu des lois en vigueur dans la ville de Nice à cause de son post. 

Cette perspective a probablement catalysé sa décision de demander à la FAF et à l’entraîneur national d’éviter de discuter de son cas. Et ce, dans le but de réduire la pression médiatique et publique sur lui. La réaction de Belmadi et de la FAF n’a pas tardé, respectant les souhaits d’Atal : aucune mention de l’affaire n’a été faite lors de la conférence de presse récente. Et la FAF a évité de publier toute déclaration à ce sujet dans les jours qui ont suivi.

- Publicité -

Alors que la situation continue de se développer, les yeux sont rivés sur Atal, la FAF, et Belmadi. Avec l’anticipation silencieuse d’une nation qui se demande jusqu’où vont les frontières entre le sport, la politique, et la liberté personnelle de s’exprimer.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -