21.9 C
Alger
21.9 C
Alger
dimanche, 16 juin 2024
- Publicité -
AccueilActualitéAlgérieArgent volé : La Suisse « prête à aider » l'Algérie à...

Argent volé : La Suisse « prête à aider » l’Algérie à récupérer les fonds détournés

Publié le

- Publicité -

Algérie/Suisse : La diplomatie Suisse s’est dite prête à aider l’Algérie à recouvrir les fonds détournés et transférés illicitement vers l’étranger, à condition que la justice algérienne présente des preuves solides.

L’Ambassadeur Suisse en Algérie, Lukas Rosenkranz, s’est exprimé en marge de sa visite de l’usine Palmanova à Constantine le 1er mars dernier, sur la volonté de l’Algérie à restituer l’argent volé, transféré illégalement à l’étranger et thésaurisé dans plusieurs pays dont la Suisse, a rapporté le quotidien national L’Expression.

« Si le gouvernement algérien souhaite une coopération sur les biens détournés, il faut juste présenter des preuves et formuler une demande avec de fortes indications », a déclaré le diplomate suisse, précisant que son pays est prêt à collaborer avec l’Algérie afin de lancer les démarches de récupération des biens volés.

- Publicité -

Dans le même sillage, Lukas Rosenkranz a rappelé la période où la Tunisie avait émis une demande similaire à laquelle la Confédération Helvétique a répondu favorablement, une façon de démontrer que la Suisse n’attend que le coup de sifflet émanant de la justice Algérienne.

L’Algérie « s’engage » à récupérer les fonds détournés à l’étranger

Le gouvernement Algérien s’est engagé officiellement dans une quête judiciaire internationale relative à l’extradition de l’argent volé et transférés illicitement à l’étranger. À ce propos, le premier ministre, Abdelaziz Djerad avait annoncé que le plan du nouvel exécutif comportait un volet dédié à ce sujet. Il est utile de rappeler que l’Algérie a lancé un appel international à l’organisme financier d’Interpol, spécialiste dans le suivi des activités financières internationales.

Afin de recouvrir les capitaux détournés frauduleusement dans les caisses du trésor public et transférés illégalement vers l’étranger, les autorités algériennes comptent s’appuyer sur les accords judiciaires en rapport avec la convention anti-corruption de l’ONU qu’entretient l’Algérie avec certains, permettant de rapatrier l’argent capitalisé dans des banques étrangères qui refuseraient de divulguer les informations de leurs clients.

- Publicité -

Pour sa part, Ammar Belhimer ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, a déclaré le 18 février lors de son passage sur les ondes de la Radio chaîne III, qu’effectivement « La récupération de l’argent détourné et dilapidé sera engagée d’une manière résolue et réfléchie », affirmant que le gouvernement est conscient qu’il sera difficile de recouvrir de cet argent, adhérant ainsi à la thèse de l’Ambassadeur de l’UE en Algérie, qui avait expliqué que cette opération serait « extrêmement difficile », tant pour l’Algérie que pour les États membres de l’UE.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -