Subventions étatiques en Algérie : Tebboune se prononce sur leur révision

Algérie – Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, s’est exprimé au sujet de la révision des subventions étatiques. 

Début 2021, le premier argentier d’Algérie, Aymen Benabderrahmane avait affirmé que la révision des subventions étatiques devrait s’introduire au plus tard au deuxième semestre de l’année en cours. Dans son entretien accordé au magazine français hebdomadaire Le Point, le chef d’État, Abdelmadjid Tebboune, a apporté de nouvelles précisions à ce sujet. 

Le quotidien généraliste El Watan reprend ses propos dans un article paru ce samedi 05 juin 2021. En effet, le président a annoncé le lancement prochain d’une « réflexion nationale » sur la révision des subventions étatiques. Les syndicats et le Conseil économique, social et environnemental, ainsi que les nouveaux élus de l’APN participeront, souligne Tebboune, à cet effort de réflexion. 

Pour ce qui est de la date du lancement de celle-ci, ce sera, précise Tebboune, l’après-élections législatives. À noter que ces dernières sont fixées pour le 12 juin 2021. Le chef de l’État a donc fait savoir que le projet est actuellement « en cours d’élaboration ». Une fois les législatives prendront fin, le sujet devrait s’inviter à la table ronde. 

Révision des subventions étatiques en Algérie : ce qu’en pensent les économistes

Au sujet des subventions étatiques en Algérie, les avis des experts divergent. D’après le média francophone, certains estiment que cette réforme est essentielle et devrait avoir lieu dans les plus brefs délais. Tandis que d’autres, ajoute la même source, pensent qu’elle est plutôt « stérile » et sans utilité. Elle pourrait même être « socialement dangereuse », précise le média de la presse écrite. 

De l’avis du ministre des Finances, la révision des subventions étatiques est indispensable. Aux yeux de Benabderrahmane, il est « injuste » que les citoyens les plus aisés financièrement se dotent des produits subventionnés au même prix que ceux ayant un faible revenu.

Il indique alors que l’État devrait répondre aux besoins de certains de ses citoyens et venir en leur aide. Pour ce faire, le ministre a fait savoir que le gouvernement a d’ores et déjà consacré, à cet effet, une enveloppe budgétaire dont le montant s’élève à 1.960 milliards de dinars. Cette somme équivaut à 17 milliards de dollars. C’est ce que prévoit la Loi de Finances 2021, précise le même responsable.    

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

error: Contenu protégé