14.9 C
Alger
14.9 C
Alger
samedi, 18 mai 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieDigitalStart-ups en Algérie, Maroc et Tunisie : Le classement des levées de...

Start-ups en Algérie, Maroc et Tunisie : Le classement des levées de fonds

Publié le

- Publicité -

Algérie – Les start-ups du pays ont été classées derrière celles du Maroc et de la Tunisie, par l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE). 

L’OCDE a publié un rapport, cette semaine, qui révèle les meilleurs pays d’Afrique du Nord en termes d’usage des outils digitaux à des fins économiques. Devancée par celles de la Tunisie et du Maroc, les start-ups d’Algérie se place plus bas dans le classement. Le quotidien francophone Liberté relate l’information.

Le rapport intitulé Dynamiques du développement en Afrique 2021: transformation digitale et qualité de l’emploi indique que seules trois (03) start-ups ont pu lever plus de 100.000 dollars en Algérie. Ce qui est peu comparé aux États voisins. Entre 2020 et 2021, treize (13) start-ups en Tunisie et au Maroc ont généré plus dudit chiffre d’affaires. 

- Publicité -

Dans son rapport, l’OCDE considère que la région d’Afrique du Nord reste faible en termes de développement des start-ups. Ces dernières sont réparties de manière inégale au sein des pays et entre eux. Par contre, l’organisation précitée a annoncé que 92 entreprises égyptiennes ont pu afficher un chiffre d’affaires de plus de 100.000 dollars détrônant tous les autres candidats. 

Le rapport souligne alors que la problématique se situe non seulement dans la localisation des start-ups dans les centres urbains. Mais aussi, dans le manque d’un cadre institutionnel et organisationnel. En plus de la nécessité de développer ces petites entreprises dans d’autres villes. 

Les recommandations pour renforcer la présence des Fintechs en Afrique du Nord

Le compte rendu publié par l’OCDE a souligné que la région d’Afrique du Nord ne parvient pas encore réellement à s’accommoder à la digitalisation des entreprises. Ce qui l’empêche de dynamiser l’emploi. 

- Publicité -

À cet égard, le rapport appelle les décideurs à appuyer les efforts d’investissement en TIC. Il incite notamment à développer des politiques incitatives au profit des importateurs et/ou producteurs des équipements high-tech.  

En sus, afin de consolider les technologies financières des start-ups dans la région, ladite organisation souligne un autre élément important. Selon son analyse, les secteurs publics et privés doivent s’associer. Cela, pour accentuer le potentiel de demande pour les Fintech. Cette stratégie entrepreneuriale vise à libérer les initiatives et à stimuler l’offre et l’emploi des jeunes en Afrique.

Le rapport recommande notamment d’accorder une importance aux partenariats entre les institutions de microfinance et les opérateurs de téléphonie mobile. De surcroît, il met l’accent sur l’importance de la coentreprise entre ces mêmes institutions financières et les prestataires de services financiers numériques.      

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -