AccueilÉconomieSpéculation en Algérie : bilan des poursuites judiciaires

Spéculation en Algérie : bilan des poursuites judiciaires

Algérie – Voici le bilan du ministère de la Justice des poursuites judiciaires contre les citoyens accusés de faits de spéculation en Algérie. Ne ratez pas la suite de cet article du vendredi 4 novembre pour connaître tous les détails.

Les autorités judiciaires ont en effet publié le bilan des poursuites pour spéculation en Algérie. Et ce, sur la période allant du 30 octobre au 3 novembre 2022. Ainsi, durant ces quelques jours à peine, 38 personnes ont fait l’objet de poursuites pour des actes de spéculation. Il s’agit de ce que rapporte le quotidien arabophone El Khabar.

Dans le détail, et parmi les 38 spéculateurs traduits devant la justice, 37 d’entre-eux ont été condamnés. Et ce, à des peines de prison allant de 3 à 15 ans. Ces chiffres ont été rendus publics par le ministère de la Justice. Cela concerne tout le territoire national. Les mis en cause ont été déférés devant les tribunaux en comparution immédiate.

Par ailleurs, en plus des peines de prison prononcées contre les 37 prévenus, ils ont également été condamnés à payer des amendes allant de 700.000 à 3.000.000 de dinars. Les tribunaux ayant traité les affaires de spéculations citées ci-dessus sont ceux de Tébessa, Batna et Sétif. Mais aussi Béjaïa, Relizane, Oum El Bouaghi, Skikda et Mostaganem.

Algérie : la chasse aux spéculateurs est ouverte

Ces nombreuses condamnations entrent dans le cadre de la lutte engagée par le gouvernement contre la spéculation. Le ministre de la Justice, Abderrachid Tabbi, a indiqué à ce propos que la flambée des prix a pour origine les agissements de groupes organisés. Ces derniers sont également responsables de la raréfaction des produits de grande consommation.

C’est dans ce contexte que ces affaires sont désormais traitées par le département de lutte contre le terrorisme et le crime organisé. Car selon le ministre, ces individues nuisent à la paix sociale et déstabilisent les institutions étatiques et la société algérienne.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes