Sous-variant Omicron BA5 (Covid) Algérie : l’Institut Pasteur réclame l’instauration des mesures barrières

Santé – Visiblement, la pandémie de Covid-19 est loin d’avoir dit son dernier mot ! L’Institut Pasteur d’Algérie (IPA) réclame l’instauration des mesures barrières suite à l’apparition d’un nouveau sous-variant d’Omicron, le BA5. Dzair Daily vous en dit plus dans ce nouveau numéro du 18 juillet 2022.

On risque donc d’entendre parler de la crise de coronavirus encore pour longtemps. En effet, selon l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA), le BA5, nouveau sous-variant d’Omicron, circule dans certaines wilayas du pays. Celui-ci remplace le BA2. Et cela, depuis le mois de juin dernier.    

Il s’agit là de ce que rapporte le quotidien francophone Le Soir D’Algérie. En outre, L’IPA constate que cette nouvelle souche est à l’origine de la hausse des cas de contamination. Celle constatée ces derniers jours. Effectivement, le virus à couronne est réapparu sur le territoire algérien où il y circule depuis la première semaine de ce mois de juillet. 

Par ailleurs, le susdit centre de recherche du réseau international des instituts Pasteur situé à Alger s’attend à des niveaux élevés de Covid-19 les prochains jours. Une situation, a expliqué l’IPA, qui a été observée dans tous les pays touchés par le variant BA5. 

COVID BA5 en Algérie : L’IPA réclame une mise en place imminente d’un protocole sanitaire

Dans le même sillage, l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA) a indiqué que le sous-variant d’Omicron, BA5, résulte des mutations du virus d’origine. Il bénéficie d’un double avantage de contagiosité et d’échappement immunitaire. Parmi ses symptômes les plus fréquents, nous comptons la fatigue, la toux, la fièvre, l’irritation de la gorge et les maux de tête. 

Enfin, ces signes cliniques peuvent éventuellement durer une semaine, voire une dizaine de jours. D’autre part, le même établissement scientifique explique que les personnes contaminées autrefois par les sous-variants BA1 et BA2 d’Omicron ne sont pas à l’abri d’une contamination au BA5. 

Il est utile de rappeler que l’OMS a déclaré que la pandémie de Covid-19 est encore d’actualité. Il faut donc rester sur ses gardes afin d’éviter d’être infecté par cette nouvelle souche. L’IPA a même constaté l’apparition de plusieurs sous-variants comme le BA.2.75, né du BA2 en Inde. 

Mieux vaut prévenir que guérir, dit-on. Ainsi, l’IPA a appelé l’ensemble des citoyens algériens à respecter les mesures du protocole sanitaire, instauré depuis le début de la pandémie. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes