Solde de vêtements en Algérie : de « fausses remises » auraient envahit le marché

Algérie – Des commerçants procèdent au « solde illégal » de vêtements, afin de se débarrasser des stocks accumulés, avant la quatrième vague de coronavirus qui s’annonce. On vous explique tout à ce sujet, dans cette édition du 20 novembre 2021. 

Le marché des vêtements d’hiver en Algérie est censé connaître une reprise remarquable grâce au solde qui coïncidera aussi avec le début des vagues de froid. Alors de nombreux commerçants ont fait recours à la promotion des produits empilés. Des habits qui se sont entassés depuis le début de la crise sanitaire. Cette dernière a provoqué une récession commerciale. Et un chaos au sein du système d’achat et de vente dans le pays. Il s’agit de ce que rapporte le quotidien arabophone Echorouk.  

Face à la forte demande sur les vêtements d’hiver, les magasins annoncent des remises sur certains vêtements. Les taux de remise atteignant parfois 80 %. Cependant, la saison réglementaire des soldes s’étend normalement de janvier jusqu’à fin février. Alors, s’agit-il, d’un coup monté des vendeurs pour pouvoir se débarrasser de la marchandise stagnée depuis des mois ?  

La même source indique que malgré les annonces de réduction et l’entrée de nouveaux produits sur le marché de l’habillement en Algérie, les prix flambent toujours. De nombreuses familles sont incapables d’acheter des vêtements à leurs enfants. Avec les annonces de solde, le consommateur algérien, vu l’effondrement du pouvoir d’achat, espère aborder les prix. Mais ces derniers restent toujours en hausse.

L’ANCA parle de simulacres de réduction 

Dans ce contexte, Hassan Menouar, Président de l’association de protection du consommateur (El Aman) a affirmé à Echorouk que le marché de l’habillement connaît un véritable chaos. Il indique que le citoyen tombe dans la tromperie des remises. Ainsi que la promotion de la politique d’élimination des stocks accumulés. Le responsable a mis en garde contre la campagne des soldes illégale actuelle. 

De son côté, le président du Conseil national de l’Association nationale des commerçants et artisans (ANCA) estime que les prix actuels sont les tarifs habituels des vêtements. Il considère alors le solde des derniers jours comme de fausses remises. Le responsable affirme au même média que de nombreux commerçants enfreignent la loi. Ils déguisent l’objectif de débarrasser la marchandise empilée à travers des fausses remises, indique-t-il. 

Le Président du Forum algérien pour l’exportation et l’importation, le commerce international et l’investissement, Hassani Mohamed, s’est également exprimé. Il a indiqué que le stock de vêtements sur le marché algérien est suffisant pour les 5 prochaines années. L’orateur a souligné, au quotidien arabophone, que baisse des prix ou pas, ces derniers restent toujours élevés. Il s’agit quand même de produits empilés pendant un certain temps, note-t-il.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes