AccueilSociété et CultureCultureUn site français rend hommage à une artiste algérienne

Un site français rend hommage à une artiste algérienne

Culture – Un site français a rendu hommage à une artiste algérienne à travers le réseau social TikTok. Nous dévoilerons le nom de l’artiste en question ainsi que davantage de détails à son sujet juste ici.

France Culture a rendu hommage à l’artiste algérienne, Baya Mahieddine, dans une de ses vidéos postée à travers le réseau social TikTok. Une vidéo sous forme de biographie dans laquelle on a présenté différentes œuvres de l’artiste. Ainsi que son parcours dans le monde de la peinture.

Fatma Haddad, plus connue sous le nom d’artiste de Baya, est née le 12 décembre 1931 à Fort de l’Eau (Bordj El Kiffan). Elle accède à la célébrité dès l’âge de 16 ans. Plus de vingt ans après sa disparition survenue le 9 novembre 1998 à Blida, l’artiste algérienne continue de susciter l’admiration partout dans le monde.

Il y a quelques années de cela, le musée de l’institut du monde arabe (IMA) à Paris et la donation Claude et France Lemand ont rendu hommage à cette grande figure artistique algérienne et universelle. L’exposition a permis de faire découvrir les chefs-d’œuvre de l’Algérienne parmi les archives laissées par Marguerite Carminat, sa mère adoptive. Dessins, peintures et sculptures ainsi que des photos d’archives avec des textes y ont été présentés.

@franceculture

Baya, ou la peintre qui a rendu ses couleurs à l’Algérie 🎨 #art #artiste #algerie #kabyle #baya #peintre #portrait #tiktokacademie

♬ original sound – France Culture

Destinée à être une artiste hors norme

En plein période coloniale, orpheline dès l’âge de 5 ans, la fillette est recueillie et élevée par sa grand-mère. Celle-ci travaillait dans une ferme. Déjà artiste dans l’âme, Baya dessine et réalise des modelages en terre cuite. Ses œuvres attirent l’attention de la sœur de la propriétaire de la ferme et vont alors lui changer la vie.

Marguerite Carminat la soutiendra et l’encourage après avoir découvert ses aptitudes artistiques. À l’âge de 16 ans, elle est propulsée au sommet de la notoriété dans une exposition à la capitale française. Elle éblouit les amateurs d’art parisien. En 1953, Baya épouse le musicien El Hadj Mahfoud Mahieddine et se consacre à sa famille dans leur demeure de Blida.

Après l’indépendance de l’Algérie en 1963, des amis de Baya l’incitant à se remettre au travail. Le musée des Beaux-arts d’Alger fait l’acquisition de certaines de ses œuvres. L’artiste reprend alors ses pinceaux et ne les quitte pas jusqu’à sa mort.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes