AccueilActualitéService après-vente en Algérie : du nouveau pour les importateurs et distributeurs

Service après-vente en Algérie : du nouveau pour les importateurs et distributeurs

Algérie – Les importateurs et distributeurs de biens vont devoir désormais assurer le service après-vente au consommateur algérien, d’une manière à couvrir l’ensemble de leur réseau de distribution. 

En effet, le gouvernement a décrété l’obligation d’assurer le service après-vente en Algérie. Cela en vue de protéger le consommateur algérien et garantir son droit au bénéfice d’un service après-vente de qualité lors de l’achat de biens. Qu’il soit une personne physique ou morale.

Effectivement, cette instruction est décrétée dans le dernier arrêté publié dans le Journal officiel (JO) numéro 45. Le document porte, principalement, sur les conditions et les modalités de mise en œuvre du service après-vente des biens. Le texte précise également que cette disposition s’applique aux biens destinés au consommateur après expiration de la période de garantie. Elle concerne également les cas où la garantie ne être appliquée. 

Service après-vente : les prestations à fournir

Selon l’article numéro 3 dudit décret exécutif, l’agent économique doit fournir, gratuitement, un ensemble de prestations. On évoque à titre d’illustration les prestations de dépannage, de maintenance et de contrôle technique. Ainsi que la fourniture des pièces de rechange, y compris les accessoires, précise le même article.

D’autre part, le texte indique que l’opérateur doit garantir la disposition des pièces de rechange. Cela, pour une durée supérieure à cinq (05) ans, en cas de fin d’importation du produit. Par ailleurs, le vendeur doit fournir au consommateur les coordonnées d’identification du prestataire du service après-vente. Cela par le biais d’un affichage sur les locaux ou sur sa plateforme. Il s’agit de ce que stipule l’article numéro 5 de l’arrêté.

Il convient de signaler que les autorités algériennes ont accordé un délai d’une (01) année pour la mise en vigueur de cette directive. Cela à compter de la date de sa publication dans Journal officiel (JO). Il s’agit là encore de ce que précise le même document officiel.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes