Salaires et pouvoir d’achat en Algérie : ce qu’a dit Belhimer

Algérie – Peut-on sortir de la crise économique et redonner du pouvoir d’achat aux ménages par l’augmentation des salaires ?  Le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Ammar Belhimer traite cette question qui fait débat actuellement. 

C’est en effet ce qu’a déclaré le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement. Ammar Belhimer s’est exprimé ce 23 mai 2021 sur les salaires et le pouvoir d’achat en Algérie. Il a ainsi fait savoir que les pouvoirs publics mettent en place plusieurs dispositifs pour assurer aux citoyens algériens, ayant un revenu modeste, une qualité de vie nécessaire à leur développement. 

« Nonobstant les difficultés financières auxquelles se heurte l’Algérie, il n’en demeure pas moins que la priorité du Président de la République est de redonner le pouvoir d’achat à la population algérienne ». C’est en tout cas ce qu’a tenu à souligner Ammar Belhimer. Dans ce même contexte, le membre du gouvernement a rappelé une chose. Il a expliqué que les autorités comptent maintenir le même soutien financier aux plus modestes. 

Le gouvernement consacre de ce fait pas moins de 10 milliards de dollars pour épauler sa classe moyenne. Une mesure, dit-il en outre, que l’Etat continuera à conduire malgré la conjoncture économique et financière inconfortable. Ces déclarations viennent alors réitérer l’negagement affiché par le chef de l’État en vertu de la Fête du travail. Abdelmadjid Tebboune a manifesté sa volonté d’améliorer le pouvoir d’achat des ménages précaires.    

Le pouvoir d’achat, un moteur de la vie économique

Avec une mensualité estimée en moyenne à 30.000 dinars, des familles sont quotidiennement confrontées à des situations de précarité pour subvenir aux besoins de leurs foyers. Entre factures courantes et la forte hausse de certaines denrées alimentaires, les citoyens à revenus modestes peinent à nouer les deux bouts du mois. L’Algérie haussera-t-elle les salaires en vue de gagner du pouvoir d’achat ?

L’impact de la dévaluation du dinar, planifiée dans la Loi de finances 2021, s’infiltre jusqu’au cœur de la vie des ménages algériens. La baisse de la valeur de la monnaie nationale influe sur le pouvoir d’achat du consommateur. Elle fragilise l’économie, d’autant plus dans ce contexte de crise sanitaire mondiale. 

Un plan de sortie de crise représente donc plus qu’une nécessité pour le gouvernement algérien. Celui-ci s’efforce en effet de définir plusieurs stratégies afin de sortir son économie de l’ornière, en faveur de la population. En dépit d’une situation financière en berne, les autorités disent prioriser la préservation et l’amélioration des conditions de vie du citoyen

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

error: Contenu protégé