Salaire en Algérie : les détails sur le nouveau taux de l’IRG

Algérie – Aïmene Benabderrahmane dévoile le nouveau barème d’impôt sur le revenu global (IRG), en lien direct avec le salaire, approuvé par le projet de Loi de Finances 2022. On vous explique tout, dans cette édition du 25 octobre 2021. 

Le Premier ministre, en ce qui concerne le salaire et le pouvoir d’achat en Algérie, a révélé que le projet de Loi de finances 2022 a validé un plan de réforme pour l’ensemble du système d’impôt sur le revenu global (IRG). C’est afin de réduire la pression fiscale sur les revenus en Algérie. Il s’agit de ce que rapporte Ennahar

En effet, le Premier ministre a présenté le projet de la Loi de finances 2022 devant la Commission des finances et des budgets de l’Assemblée populaire nationale (APN). D’abord, il a souligné que le gouvernement s’est engagé dans une révision complète du barème total de l’IRG. Telle chose en procédant à des ajustements des taux de prélèvement d’impôts sur différentes catégories de revenus. 

Aïmene Benabderrahmane a expliqué que le nouveau barème de l’IRG propose d’exclure l’impôt sur les revenus annuels qui ne dépassent pas 240.000 dinars. Alors que pour les salaires qui varient entre 240.001 et 480.000 dinars par an, on les soumettra à l’impôt au taux de 23 %. Concernant les revenus entre 480.001 et 960.000 dinars annuellement, ils seront soumis à l’impôt au taux de 27 %.

Les autres catégories de revenus concernés par la réforme sur l’IRG 

Dans le même contexte, le Premier ministre a indiqué que le taux d’impôt se lève à 30 % pour les revenus qui oscillent entre 960.001 et 1.920.000 dinars. À propos des revenus annuels entre 1.920.001 et 3.840.000 dinars, le taux d’impôt sera de 33 %. Concernant les revenus supérieurs à 3.840.000, ils sont soumis à un taux d’impôt de 35 %. 

Par ailleurs, Benabderrahmane a annoncé une réduction proportionnelle de l’IRG qui peut aller jusqu’à 40 %. Et ce, pour les rémunérations. Les allocations et les indemnités. Mais aussi les rémunérations et les salaires. Quant aux revenus mensuels, le Premier ministre affirme que le projet de Loi de finances 2022 planifie une exonération totale de l’IRG. Cela pour les salaires qui ne dépassent pas 30.000 dinars.

Concernant les revenus supérieurs à 30.000 et inférieurs à 35.000 dinars, ils bénéficient d’une seconde réduction d’impôt supplémentaire. En outre, Aïmene Benabderrahmane a dévoilé que la catégorie des travailleurs handicapés bénéficiera d’une remise supplémentaire.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes