Sahara occidental : Le Maroc reprend ses hostilités contre l’Algérie

Algérie/Maroc – Le chef de la diplomatie marocaine, Nasser Bourita, a émis des accusations liées au soutien du « séparatisme » et « la déstabilisation régionale » à l’égard de l’Algérie, en raison de l’allocution de Tebboune soulevant le problème des territoires du Sahara Occidental occupés par le Maroc.

Le lundi 4 avril, au sommet du groupe de contact du Mouvement des non-alignés (NAM) tenu en visioconférence, le ministre marocain des affaires étrangères a implicitement évoqué l’Algérie en parlant d’un « pays voisin »; qui « malgré les circonstances actuelles exceptionnelles » s’obstine à « alimenter le séparatisme, en violation des principes fondateurs du NAM ».

La réaction faite, selon l’agence de presse officielle du Maroc MAP, au nom du Royaume, vient « remettre en place » pour reprendre les propos mêmes du site d’information Hesspress incarnant « l’hostilité » d’une partie des médias marocains envers l’Algérie favorable à l’autodétermination du peuple Sahraoui; du président algérien jugé par le même journal électronique comme prenant « ses désirs pour une réalité ».

Dans son intervention audit sommet, le président Abdelmadjid Tebboune a en effet lancé « un appel au Conseil de sécurité des Nations unies pour se réunir; dans les plus brefs délais, et adopter une résolution appelant solennellement à l’arrêt immédiat de toutes les hostilités à travers le monde, notamment en Libye; sans omettre les territoires occupés en Palestine et au Sahara occidental ».

Un discours marocain « dénué d’arguments »

Le ministre des Affaires étrangères, de la coopération Africaine et des marocains résidant à l’Étranger, n’a rien trouvé de mieux que de balancer que « ce pays [à savoir l’Algérie] au lieu d’utiliser ses ressources pour améliorer la situation précaire de sa population dans le contexte de la pandémie du Covid-19; les détourne pour alimenter la déstabilisation régionale ».

Cela démontre un manque flagrant en matière d’argumentation. Donc à défaut d’argumentaire solide, contre la position algérienne réclamant « la décolonisation du Sahara occidental »; le premier responsable de la diplomatie marocaine a tenté de noyer le poisson, en brouillant les pistes à travers un exposé d’idées incohérentes avec le sujet qui, lui; reste lié au sort du peuple Sahraoui.   

Le président Tebboune a évoqué pour la seconde fois depuis son élection, le conflit au Sahara occidental lors d’une rencontre internationale, rappelle le média algérien. La première remonte au 9 février au sommet de l’Union africaine (UA) à Addis-Abeba en Ethiopie; où il avait sollicité le secrétaire général de l’ONU pour accélérer la nomination de son Envoyé personnel et donner un coup de pouce au processus de résolution de la problématique Sahraouie.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes