Cette route vers l’étranger se rouvre devant les universitaires algériens

Études – Désormais, les stages de courte durée à l’étranger sont de nouveau disponibles et font leur grand retour au profit des universitaires algériens. Nous vous en disons plus à cet égard dans ce numéro du 13 août 2022.

Après une suspension qui a persisté durant trois (3) ans en raison de la pandémie du Covid-19, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a tranché. Le responsable a finalement décidé de rétablir les stages de courte durée à l’étranger pour les universitaires algériens.

Selon les données du quotidien arabophone Echorouk, ce plan repose sur des critères de sélection précis et comprend certains emplois selon des modalités convenues. Quant aux finalités tracées par ce dispositif, la résolution n° 1003 publiée par le département ministériel concerné en août dernier indique un bon nombre d’atouts.

En plus d’inscrire l’université algérienne dans la sphère internationale, les capacités d’encadrement et les publications scientifiques nationales en tire un énorme avantage de cette procédure. Sans compter son impact positif sur les échanges, la coopération scientifique ainsi que les jumelages internationaux des universités algériennes.

Voici les Algériens concernés par la dynamique des stages universitaires à l’étranger

Pour les moyens de soutien de la dynamique des stages et le programme d’amélioration du niveau à l’étranger, ces derniers sont répartis selon la résolution susvisée. Soit, selon un cahier des charges et des quotas. La part la plus importante s’élève à 45 %. Celle-ci est orientée vers les stages d’amélioration du niveau, dont 40 % s’adressent à des catégories précises.

Il s’agit des maîtres de conférences classe « B » et des maîtres de conférences hospitaliers. Ainsi que des enseignants-chercheurs de cette même catégorie. S’ajoutent à cela, les chercheurs permanents qui préparent une thèse de doctorat, et les étudiants non rémunérés inscrits au doctorat. En plus des étudiants résidant en sciences médicales pendant leur période de formation.

Quant au reste des moyens d’appui, ils sont dirigés vers le personnel administratif et technique de l’administration centrale du ministère. Ainsi que les établissements associés à cette dernière. Toutefois, la catégorie bibliographique, la dynamique des stages ne concerne que les centres documentaires et les bases de données spécialisées dans des domaines très peu couverts au niveau national.

La durée des stages universitaires à l’étranger

Par ailleurs, le ministère de l’Enseignement supérieur a annoncé qu’à partir de cette année, la dynamique internationale va suivre le plan de travail du Gouvernement et du secteur de l’Enseignement supérieur. Celle-ci va s’étaler sur trois (3) ans, a indiqué le responsable.

Ainsi, après que chaque établissement universitaire déterminera ses besoins en fonction d’un cahier des charges spécifiques, le directeur de chaque enceinte indique l’ouverture des parcours de la dynamique internationale via une plateforme dédiée.

Cela s’effectue au début de chaque exercice au cours duquel le dépôt des dossiers de candidature est obligatoire. La même source précise à cet effet que les candidats acceptés bénéficieront d’une bourse de stage fixée. Et soient également parrainés par leurs établissements d’emploi ou d’inscription.

Il sied de noter que la période de la dynamique de perfectionnement à l’étranger varie de 15 à 30 jours. Tandis que les séjours scientifiques de courte durée à l’étranger durent de 7 à 15 jours. En revanche, la participation aux manifestations scientifiques internationales classées et indexées est limitée à une durée maximale de 7 jours.

Quelles conditions aux bénéficiaires des stages universitaires de courte durée à l’étranger ?

Tout bénéficiaire de stage universitaire de courte durée doit, à son retour au pays, fournir deux documents. À savoir, une autorisation de déplacement avec le cachet d’entrée et de sortie indiqué par la police des frontières. Ainsi qu’un rapport détaillé sur le déroulement de leur présence et de leurs activités durant les stages.

D’après le média susvisé, ces conditions et procédures sont généralisées dans tous les établissements d’enseignement supérieur selon des notes. Celles-ci sont renouvelables chaque année. Le programme de stages à l’étranger doit cependant s’évaluer avant chaque 31 décembre.

Dans ce sillage, la même source indique que cette procédure vise à mettre en évidence les résultats satisfaisants. En sus, cela aide également à évaluer dans quelle mesure le programme a été bénéfique. Et ce, que ce soit en termes de la qualité des activités d’encadrement, d’enseignement, de recherche ou encore de gouvernance.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes