Pour revoir son ex-fiancé : Une Algérienne a payé 80 millions de centimes

Algérie – Une jeune étudiante de Tizi-Ouzou a eu recours aux pratiques de sorcellerie afin de récupérer son ex-fiancé. Elle aurait payé 80 millions de centimes pour reconquérir son bien-aimé. Dzair Daily vous en dit plus.

Selon les faits que rapporte le quotidien arabophone Ennahar, une enchanteresse aurait encaissé 80 millions de centimes d’une jeune étudiante algérienne, et ce, en prétendant exaucer son souhait de retomber dans les bras de son ex-fiancé. De ce fait, la prestidigitatrice s’est retrouvée devant la justice et le tribunal de la wilaya, pour le délit d’escroquerie commis. 

En effet, lors de la séance du procès qui s’est tenue la semaine dernière, la victime s’est mise à évoquer l’enchantement dans lequel elle s’était retrouvée. Cette dernière a assuré que son arnaqueuse prétendait discerner les problèmes des gens en détresse psychologique. Selon elle, l’accusée lui a assuré de réaliser son vœu le plus ardent. Et la baratinait, dans ce sens, avec un discours manipulateur.

La victime, sujette à d’une déprime amoureuse, a déclaré devant le juge, que la dénoncée lui a affirmé qu’il n’y avait pas d’autres moyens de se rétablir que l’application de sa phytothérapie magique. Ce qui l’a d’ailleurs incité à s’enfermer dans un cercle dans lequel elle tournait en rond, pendant un long moment. Afin de revoir son ex-fiancé, l’étudiante algérienne était prête à tout, jusqu’à se soumettre au règlement proposé.

Le mari de la mise en cause complice ?

Cette dernière aurait ainsi dépensé des sommes folles, dont 12 millions de centimes pour se délivrer de ses crampes intestinales. L’interpellée lui aurait notamment demandé de payer la somme de 9 millions pour payer le billet d’avion d’une certaine personne chargée de ramener le remède miracle du Maroc. Un remède qui coûte les yeux de la tête, puisqu’il vaudrait 100 millions de centimes, selon la présumée spécialiste en herbes médicinales.

L’étudiante algérienne dupée explique, en fait, qu’il lui avait été promis qu’une fois le traitement terminé, son ex-fiancé refera surface. Il ferait ça à vitesse d’éclair, lui a-t-on promis. L’arnaqueuse qui s’approprie le rôle de guérisseuse miraculeuse, s’est adressée à son mari pour soutirer à la jeune étudiante les 60 millions qui restaient. Ce dernier aurait harcelé la victime sur son téléphone portable et sur les réseaux sociaux.

Lorsque cette dernière a refusé tout paiement, le complice aurait cherché à la diffamer. Et ce, en lui disant que sa femme et lui nuiraient à sa réputation dans tout le village où elle réside. Pour plaider son innocence, la coupable a affirmé que l’argent lui appartenait, puisque la victime prétendue s’était engagée dans l’achat d’une maison.

Le verdict

Elle a donc soutenu, au cours du procès, que la jeune étudiante a réglé le montant dérisoire de 100 millions de centimes. Le paiement s’est effectué par tranches, a-t-elle précisé. Selon ces mêmes déclarations, la victime d’escroquerie aurait disparu avant de signer le mandat de vente. En sus, la justiciable a affirmé avec force l’inexistence des actes de sorcellerie que mentionne la victime. Elle clame haut et fort qu’elle est propriétaire légale des sommes versées sur son compte postal.

La mise en cause a au bout du compte écopé de six mois de prison avec sursis. La jugeable doit également rembourser les 80 millions de centimes escroqués. L’avocat de la jeune étudiante s’est pourtant efforcé d’obtenir à sa cliente mieux que ça. À savoir, la récupération de l’intégralité de l’argent qui lui est dû. Voilà, finalement, de quoi soutenir la formule léguée par Platon : « L’amour est aveugle ».        

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes