25.9 C
Alger
25.9 C
Alger
dimanche, 23 juin 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieDevise AlgérieLes retraités algériens de France alimentent le marché des devises ?

Les retraités algériens de France alimentent le marché des devises ?

Publié le

- Publicité -

Algérie – Dans un rapport qu’a préparé le Fonds monétaire international (FMI) en 2018, les retraités algériens de France sont l’une des principales sources alimentant le marché des devises en Algérie. 

Dans son allocution du 11 février, le ministre des Finances a évoqué un point d’une importance capitale pour pouvoir relancer l’économie nationale. Il s’agissait alors d’identifier la provenance de l’argent du marché parallèle en Algérie. C’est justement ce sur quoi s’est penchée une étude du Fonds monétaire international (FMI) qui a identifié les retraités algériens de France parmi les sources les plus abondantes du marché des devises en Algérie. 

Dans un rapport datant de 2018, ladite institution a tenté de remonter aux origines des sommes atterrissant au Square. L’organisme a estimé que les retraités algériens de France font partie des acteurs principaux qui alimentent le marché des devises en Algérie. 

- Publicité -

| Lire aussi : Devises en Algérie : D’où provient l’argent du marché parallèle (square) ?

Cela s’explique notamment par le fait que certains Algériens ont, pour une raison ou une autre, migré pendant la colonisation française. Ceux-ci ont eu une activité professionnelle dans l’Hexagone et bénéficient aujourd’hui d’une retraite en devise. Une pension qu’ils préfèrent potentiellement changer sur le marché noir. Cela à cause notamment du taux de change qui est plus intéressant pour eux comparé à celui du marché officiel. 

Ce n’est pas tout, car l’institution de Bretton Woods a fait part dans son rapport d’autres canaux supplémentaires qui approvisionnent le marché parallèle en Algérie. Le FMI a mentionné dans la même étude que l’offre de devises sur le marché noir est également alimentée par les envois de fonds d’expatriés algériens actuels.

Il s’agit de mouvements de transfert en Algérie de fonds en devises. Il y a également le fait que les importations et les recettes touristiques échappent complètement au secteur bancaire. Ce qui engendre la surfacturation de ces dernières. C’est en tout cas ce que rapporte le quotidien Liberté citant le rapport du FMI.

- Publicité -

Les répercussions du marché parallèle sur l’économie algérienne, selon le FMI

En outre, il est primordial pour l’intérêt national et économique du pays de trouver l’origine de ces capitaux. C’est justement un des prochains objectifs avoués par le ministre des Finances. Et pour cause, le marché noir des devises compliqué les choses. Il donne du fil à retordre à la gestion macroéconomique du pays. 

| Sujet connexe : Devise Algérie : L’éradication du marché parallèle pour protéger l’économie ?

C’est effectivement le cas, car le marché parallèle « alimente les anticipations inflationnistes. Il fausse la  formation  des prix et affaiblit les canaux de transmission de la politique monétaire », avait mentionné le FMI dans son rapport.

Par ailleurs, le Fonds monétaire international (FMI) ne s’est pas arrêté à ce constat. Il a également proposé une approche pragmatique à cette problématique en suggérant quelques solutions. Pour y remédier, ou du moins atténuer les retombées très conséquentes sur l’économie du pays, le FMI invite à appliquer :

« Un ajustement  progressif  du  taux  de  change officiel et le  relèvement  des  plafonds  indicatifs  des  montants  de  devises  que  les voyageurs  peuvent  emporter ». Le FMI recommande aussi « l’assouplissement  des  restrictions  aux importations ». C’est toujours selon la même source médiatique. 

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -